Découvrez le témoignage de Denise et Clément suite à leur voyage "Couleurs Maya" au Guatemala.

Notre voyage au Guatemala avec TIRAWA est né il y a quelques années, à table, lors d'un voyage en Afrique australe. Comme souvent pendant les repas, le groupe échangeait des impressions et des projets de voyage. Quand le Guatemala a été évoqué, une membre du groupe a vivement conseillé d’y aller avec TIRAWA, en vantant l'itinéraire et la qualité des prestations.

Plusieurs années après, en revenant du Guatemala fin 2017, nous étions très satisfaits de ce voyage et étonnés de ne pas être allés plus tôt dans ce petit pays de 100 000 km² où nous avons trouvé tout ce que nous cherchons : dépaysement, variété des paysages, diversité et couleurs des populations, monuments, sites archéologiques...

Quelques repères géographiques préalables.

La moitié sud du pays est occupée par des dizaines de volcans, dépassant souvent les 3000 m, dont plusieurs laissent échapper par intermittence de hautes respirations gazeuses. C'est la région des Hautes Terres, à l'altitude moyenne de 1500 à 2500m où sont situés la belle ville coloniale de ANTIGUA et le magnifique lac ATITLAN, le plus beau lac du monde pour certains.

Au Nord du pays, la vaste plaine du Péten bordée au nord par le Yucatan mexicain et à l'Est par le Bélize et la mer des Caraïbes, qui accueille les plus beaux sites mayas : CEIBAL, TIKAL, QUIRIGUA.

 

Notre voyage

Nous avons passé notre première nuit à ANTIGUA où nous avons fait connaissance de l'unique couple nous ayant accompagné sur le circuit et de Laure, notre jeune guide française. Elle est installée depuis une quinzaine d'années dans le pays et nous avons beaucoup apprécié la qualité de ses explications et ses commentaires très détaillés.

Bâtie au milieu du XVI s. par les Espagnols à 1500 m d'altitude, ANTIGUA a cédé au XVIIIe s. sa place de deuxième capitale historique après sa destruction en 1773 par un séisme. Nous avons été charmés par ce joyau de l'architecture coloniale, classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité en 1979, avec ses rues pavées, ses maisons colorées, ses monuments historiques et en périphérie les volcans Agua (3766m), Acatenango (3976m) et Fuego (3763m), l'un des plus actifs d'Amérique centrale.

 

Arche Santa Catalina Antigua GuatemalaL'arche Santa Catalina

La Posada Don Rodrigo où nous étions logés est un beau et confortable hôtel, magnifiquement restauré, situé au centre de la ville. Dénommé par ses propriétaires La Casa de los Leones (La Maison des Lions), cet hôtel de charme occupe des bâtiments du XVI s qui font partie des rares constructions ayant résisté au violent séisme de 1773.

Jardin de la Casa de los Leones - Confection de tortillas durant les petits déjeunersJardin de la Casa de los Leones - Confection de tortillas durant les petits déjeuners

Notre voyage s'est ensuite poursuivi pendant plusieurs jours dans les Hautes Terres, autour du lac Atitlàn. A l'altitude de 1562m, les rives de ce magnifique lac, d'une superficie de 128 km² et d'une profondeur de 365 m, baignent de pittoresques petits villages colorés ayant pour noms Santiago de Atitlàn ou Santa Catarina de Polopo, en majorité habités par des indiens Tz'utujil.

Le lac est dominé par les volcans TOLIMAN (3158m) avec son double sommet au premier plan de la photo ci-dessous et ATITLAN (3535m) en arrière plan.

 

lac Atitlan le matin - Au loin les volcans TOLIMAN  et ATITLANLe lac Atitlan le matin - Au loin les volcans TOLIMAN  et ATITLAN

 

Coucher de soleil sur le Lac ATITLANCoucher de soleil sur le Lac ATITLAN

Santa Catarina Polopo et ses maisons coloréesSanta Catarina Polopo et ses maisons colorées

A Panajachel, vue le matin de notre hôtel sur le lac ATITLANA Panajachel, vue le matin de notre hôtel sur le lac ATITLAN

Indiennes Tz'utujil en tenue traditionnelle à Santa CatarinaIndiennes Tz'utujil en tenue traditionnelle à Santa Catarina

 

A Santiago nous sommes allés saluer Maximon, étonnant saint en bois vénéré par les mayas.

Maximon guatemala

 Maximon

Le marché animé de Solola est fréquenté par des indiens calchikels dont les hommes (photo ci dessous) portent souvent la tenue traditionnelle qui comprend une sorte de jupe retombant sur le pantalon.

 

Indien calchikel en tenue traditionnelle au cimetière                      Indien calchikel en tenue traditionnelle au cimetière

A Chichicastenango, 1 965 m, au coeur du pays Quiche, nous avons déambulé dans un spectaculaire marché réparti dans un dédale de ruelles bâchées. Nous avons passé la nuit dans un étonnant hôtel aménagé dans un ancien couvent et où les crucifix ont été conservés dans les couloirs. Un groupe très animé de canadiens  nous a rappelé, si nécessaire, que nous étions bien dans un hôtel !

Comme plusieurs localités du Guatemala, le nom de cette ville se termine par "tenango" qui signifie l'endroit. Ainsi Quetzaltenango, deuxième plus grande ville du pays, signifie "l'endroit du Quetzal", l'oiseau sacré des mayas.

 

ChichicastenangoMarché aux fleurs de Chichicastenango sur le parvis de l'église Santo Tomas

Après une nuit dans la finca Santa Elena de 172 ha qui est dirigée par Marc un franco-américain, et où sont cultivés des caféiers et des bananiers, nous arrivons à TAKALIK ABAJ, site olmèque du VIII s. av JC.

 

Takalik AlbajTakalik Albaj

Nous avons ensuite quitté les Hautes Terres volcaniques dans un petit avion pour nous rendre, après une heure de vol environ, sur l'Ile Florès, au centre du Petén. Le lendemain, après 2 heures de navigation sur le rio de la Passion, un petit bateau nous a déposé sur le site maya de CEIBAL.

Durant le parcours sur la rivière, nous avons pu admirer de magnifiques oiseaux en vol ou sur les rives.

oiseau rio de la passion guatemalaoiseau rio de la passion guatemala

 

Pour accéder au site de CEIBAL à partir du rio de la Passion (l'accès est possible en bus par une voie terrestre), il faut traverser à pied une magnifique forêt tropicale qui comprend d'immenses fromagers de plusieurs dizaines de mètres de hauteur, peuplés de singes hurleurs aux cris réellement assourdissants. Expérience impressionnante.

 

Ceibal

Inoubliable traversée de la forêt et très belle visite du site que nous avons apprécié.

Ceibal

CEIBAL et sa forêt tropicale avoisinante

 

Après le retour en bateau à Sayaxche, nous avons pris la route de TIKAL en contournant le lac Petén Itza. Notre nuit fut reposante dans un bel hebergement installé sur le site même de Tikal que nous avons pu visiter en partant à pied le lendemain. Chocs dans cet immense site maya, étalé sur près de 30 km²,  avec ses innombrables et superbes temples posés sur des pyramides hautes de plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

TikalAcropolis de TIKAL

De retour sur l'Ile Florès, un nouveau bateau nous a conduit sur le rio Dulce à LIVINGSTON au bord de la mer des Caraïbes. La majorité des habitants de Livingston est composée de GARIFUNAS, population issue du métissage entre d'anciens esclaves africains et des autochtones.

Nous sommes arrivés ensuite en bus sur le site de QUIRIGUA réputé pour ses stèles monolithiques et zoomorphes, superbement sculptées dans le grès en l'honneur des souverains de cette ville qui a connu son apogée au VIII s. de notre ère.

 

Stèle zoomorphe QuiriguaStèle zoomorphe

acropolis quiriguaAcropolis

 

QUIRIGUA stèle monolithique de 10 m et 65 tonnesQUIRIGUA stèle monolithique de 10 m et 65 tonnes

Notre voyage touche à sa fin avec la visite de COPAN, dans le Honduras voisin. Interdite depuis le matin par des manifestations d'opposants qui contestaient la réélection du président sortant, la visite de COPAN a finalement pu avoir lieu l'après midi.

Le matin, nous avons eu droit à une intéressante conférence sur Copàn qui a été organisée à la hâte pour les nombreux touristes piégés, en grande majorité français. Cette conférence a été animée avec beaucoup d'humour par un archéologue lui aussi français, spécialiste du site et présent ce jour là.

Belle visite du site, hélas un peu écourtée en raison du temps perdu le matin.

CopànCopàn

 

Escalier hiéroglyphique aux 2600 glyphes  - Le plus long texte maya connuEscalier hiéroglyphique aux 2600 glyphes  - Le plus long texte maya connu

A la fin de la visite du site, nous avons pris la route de GUATEMALA City pour être finalement de retour en France le lendemain, le 3 décembre 2017, après un beau voyage au Guatemala.

Denise et Clément B.