Le Sultanat d'Oman est une destination "qui monte, qui monte"... Rose, de retour d'un voyage effectué en avril 2018 a compris pourquoi !

Dans une salle d’embarquement de l’aéroport d’Istanbul, j’échange avec un petit groupe de voyageurs en partance pour Dehli...

- Et vous, où allez-vous mademoiselle ?

- Je m’envole pour Mascate !

- Masc...ate ??

J’enrichis mes explications, je vois dans les regards que ce nom n’évoque pas grand-chose. Même si Oman a le vent en poupe, ce pays reste encore confidentiel. Je l’avoue volontiers, avant de faire partie de l’équipe de Tirawa, le Sultanat d’Oman était également un mystère pour moi. En plus, son nom m’évoquait un pays dont le système politique donne les pleins pouvoirs à un Sultan... No comment, quand on voyage on laisse de côté ses préjugés et je ne crois pas si bien dire !

 


Un peu d’histoire

 

Contrairement à d’autres pays de la péninsule faisant table rase du passé et façonnant le désert à renfort de béton, de marbre et de verre, Oman est une destination qui capitalise sur un glorieux passé. Sa domination éclairée a rayonné dans tout l’océan Indien avec plusieurs comptoirs allant de l’Afrique de l’est (Mozambique, Tanzanie, Zanzibar, Comores) à l’Asie (Baloutchistan, Inde, Indonésie et même en Chine). On raconte même que c’est un marin omanais qui indiqua à Vasco de Gama la route des Indes à la fin du 15ème. Le Portugal chercha d’ailleurs à occuper plusieurs positions omanaises entre le 16ème et le 17 ème siècle. En effet, Oman contrôle plusieurs routes maritimes commerciales qui aiguisent l’appétit des Portugais… En 1891, les Britanniques la jouent plus finement et placent Oman et ses territoires sous protectorat. Ils seront éconduits 80 ans plus tard par le Sultan actuel.
 

En 1956, le premier gisement de pétrole est découvert…
En 1970, tout va changer sous l’impulsion du sultan actuel, Qaboos ibn Said, un brin visionnaire. Après avoir mis son père à la retraite car il le trouve un peu trop conservateur, il lance son pays dans de grands chantiers.
 

  • Le premier : l’accessibilité de son pays qui ne compte alors que 15 km de route goudronnée… Il pense, très justement, que les différents peuples Omanais (du littoral, des montagnes et du désert) ne pourront en former qu’un, lorsque des routes dignes de ce nom leur permettront d’échanger et de commercer.
  • Deuxième chantier, l’éducation. Oman est alphabétisé à plus de 90 % et les garçons comme les filles vont à l’école dès leur plus jeune âge. L’anglais est la seconde langue parlée dans le pays.
  • Troisième chantier, la santé. Les soins sont gratuits et de bonne qualité pour les omanais.


Aujourd’hui Oman souhaite sortir de sa dépendance au pétrole et diversifier ses sources de revenus. Le tourisme est donc une solide piste compte tenu des diversités insoupçonnées de ce pays qui a les moyens de ses ambitions.
 

Aéroport de MascateAéroport de mascate Oman

Aéroport de Mascate, flambant neuf. Inauguré en avril 2018

 

LES VILLES OMANAISES
 

MASCATE, CAPITALE MODERNE

Mascate est une capitale sympa dans laquelle on se sent bien accueilli(es) ; la ville est propre, la circulation plutôt fluide même si les Mascatis disent le contraire. S’ils savaient comment ça se passe dans la capitale française…

À Mascate, les possibilités de découvertes sont nombreuses…

 

Mosquée du Sultan Qaboos
Magnifique bijou de style islamique dans un écrin de bougainvilliers !


Mosquée Sultan Qaboos Mascate Oman


 Elle regroupe plusieurs parvis, jardins et bâtiments : salles pour les ablutions, centre islamique, salles de prières…

Mosquée Sultan QaboosMosquée Sultan Qaboos

Parvis et cours interieure


Elle jouissait du plus grand tapis du monde fait main et d’une seule pièce en Iran (60 m x 70 m). Toutefois les saoudiens en ont pris ombrage et dispose maintenant du plus grand des tapis…
Autre spécificité de la grande salle de prières : son lustre de 8 tonnes. En or et en cristal Swarovsky, il mesure 14 mètres de haut. Nul doute que les saoudiens, en auront bientôt un de 9 tonnes...
 

Lors de la visite, et quel que soit vos convictions religieuses ou spirituelles, on se laisse facilement envahir par la paix qui règne en ce lieu.  

 

Le fameux lustre
 

 

Cours interieure Mosquée Sultan Qaboos MascateUne autre cours interieure de la Mosquée Sultan Qaboos

 

Dôme Mosquée Sultan Qaboos Mascate OmanLe dôme

 

Royal Opéra House Mascate

Ce somptueux Opéra vit le jour en 2011 sous l’impulsion du Sutlan Qaboos (encore lui), grand amateur de musique classique. Ce chef d’œuvre de l’architecture moderne omanaise accueille les plus grands dès son inauguration par Placido Domingo avec Turandot. On retrouve d’ailleurs les costumes de cette œuvre dans le gigantesque hall d’entrée. Chose incroyable, le manteau de scène, les premiers rangs de la fosse et les premiers balcons latéraux sont mobiles, amovibles ou rétractables selon les performances. La scène s’allonge ainsi pour les ballets ou les philarmoniques. Le ROHM dispose également du plus grand orgue du monde (facture allemande) qui occupe sagement le fond de la scène, d’une école de musique à faire pâlir nos conservatoires nationaux, des restaurants, une médiathèque…
Cerise sur le gâteau : le prix des billets accessibles à tous (de 20 à 160 €). Un seul regret : ne pas avoir eu la chance d’assister à une performance car aucune n’était au programme lors de mon passage.
 

Royal Opera House MascateRoyal Opera House Mascate
 

 

Grand escalier Royal Opera House MascateGrand escalier Royal Opera House Mascate - Costumes des principaux personnages de Turando
 

 

Climatisation Royal Opera House MascatePlafond Royal Opera House Mascate

Les niches sont en fait des conduits pour la climatisation...
 

 

Balcons Royal Opera House MascateLe premier balcon est réservé au Sultan et ses invités
 

 

Scène amovible Royal Opera House MascateEn tout, 1100 places dans la configuration maximale

 

 

Le Souk de Matrah

Le plus ancien souk de Mascate est très populaire à la fois pour les Omanais et les voyageurs étrangers. Sur place, vous trouverez de l’encens « fraichement » ramené de la région du Dhofar, une multitude d’épices, des bijoux en or, des tapis, des casseroles, des poteries, le fameux poignard omanais (khanjar), des vêtements traditionnels et autres couvre-chefs…
 

Souk Matrah Mascate OmanCroisement dans le souk de Matrah
 

 

Souk Matrah Mascate OmanAllée passante, il est encore trop "tôt" pour les Omanais (16h)...
 

 

Souk Matrah Mascate OmanSouk Matrah Mascate Oman

Les plafonds des "croisements" ressemblent à des vitraux... sinon ils sont recouverts de bois
 

 

À Matrah se trouve aussi le très moderne marché aux poissons, aux fruits et aux légumes, ainsi que de nombreux restaurants.
 

Marché Moderne Matrah MascateHall de marché moderne de Matrah
 

 

Marchand poisson Matrah OmanLégume marché matrah mascate oman

 

Musée national de Mascate

Ce musée à l’intérieur moderne est situé dans le quartier de l’ancien palais royal. Il retrace l’histoire millénaire d’Oman. Un lieu immanquable à voir en début de voyage à Oman pour bien comprendre la richesse de la culture de ce pays.

 

Arrivée au musée matrah omanArrivée au musée
 

 

Khanjar poignard omanais

Les "attributs" de l'homme omanais
 

 

Royal Musée Oman MascateSalles modernes et explications fournies
 

 

Saint Coran Mascate OmanOmoplate de dromadaire Musée Oman

Le saint Coran - Les Omanais utilisaient les omoplates de dromadaires pour les écrits d'importance
 

 

Embarcation musée matrah OmanUne vieille embarcation, preuve s'il en faut, qu'Oman fut un peuple de navigateurs...
 

 

Ancien Palais royal Mascate OmanL'ancien Palais Royal
 

 

Arrivée à MatrahVue d'ensemble de Matrah...
 

 

Marina de Mascate

C’est le point de départ des excursions en mer. Le long d’une côte rocheuse pelée et découpée apparaissent de petites criques de sable blanc et des anses abritées dans lesquelles il est bon de mouiller quelques heures. Sous une eau émeraude et calme se cachent du récif corallien et ses nombreux habitants à découvrir simplement avec palmes, marque et tuba. Les amateurs de faune marine plus imposante pourront partir vers le large pour accompagner un temps les « bancs » de dauphins bien présents dans ces eaux poissonneuses.    
 

Marina MatrahSortie en bateau
 

 

Petite crique propice au snorkeling, l'eau est emeraude !
 

 

Crique Marine Matrah

 

 

SUR, CAP AU SUD

Sur, prononcez « Sour »  est une jolie petite ville du bord de mer qui connut son heure de gloire jusqu’au 20ème siècle grâce à un savoir-faire ancestral : la construction des boutres.
 

Plage et fort à SurPhare et petit fort à l'entrée du port de Sur
 

 

Sur OmanSur est un ville de pecheurs
 

 

Ces bateaux traditionnels en bois de teck sont encore fabriqués ici dans le dernier chantier naval du genre à Oman. Les ouvriers, tous ressortissants du Kerala en Inde, sont accueillants et évoquent bien volontiers leur métier qu’ils réalisent sans plan ! Aujourd’hui la demande de boutres est en baisse et émane majoritairement de riches ressortissants de la péninsule arabique qui perpétuent cet art. La construction d’un boutre prend, selon la taille et les finitions, entre 6 à 18 mois. Aujourd’hui, ces travailleurs réalisent aussi des boutres miniatures que l’on retrouve chez les collectionneurs ou dans le hall d’hôtels.
 

Sur ou sour à OmanLa ville de Sur

 

Chantier de construction des fameux boutres. Des planches en bois de teck de toutes tailles trainent dans tous les coins...

 

Encore 3 mois de construction pour celui-ci


La ville de Sur est le point de départ pour le Ras al-Jinz. Cette grande plage fait partie d’une réserve naturelle qui protège les tortues vertes. C’est un lieu majeur de leur nidification. Attention toutefois, la ponte de ces dames étant toujours impressionnante, cet endroit attire de plus en plus de curieux.

 

NIZWA, AU PIED DES MONTAGNES

Cette ville d’importance fut autrefois la capitale d’Oman. Elle fait partie des villes les plus conservatrices du pays. Ainsi, un incroyable marché aux bestiaux se tient toujours chaque vendredi avant la grande prière. Cet évènement hebdomadaire draine dès l’aube, à la fois les populations des alentours comme du reste d’Oman souhaitant agrandir leur cheptel ou préparer une cérémonie importante (circoncision, mariage etc...).
 

NizwaAttente des stars du vrai défilé
 

 

Marché bestiaux NizwaMarché bestiaux Nizwa

Les discussions vont bon train... jusqu'à la tractation finale
 

 

Tour du fort de NizwaLa tour du Fort de Nizwa
 

 

Fort Nizwa

À l'intérieur du fort on assiste à une danse traditionnelle, les sabres virevoltent

 

Fort de NizwaVue sur la palmeraie
 

 

Nizwa dispose également d'un fort, d'un souk et d'un marché vraiment très interessants. Le fort fut rénové à la fin des années 90 et dispose d'une tour de 24 m de hauteur qui domine le souk, la mosquée attenante et une vaste palmeraie. Il est le symbole de la résistance aux Portugais et fut construit en 1650 pour enfermer des prisonniers et protéger les habitants de Nizwa. Cette ville est réputée pour ses différents souks : viandes, poissons, bijoux, poteries, khanjars, encens et évidement celui aux dates, les meilleures d'Oman parait-il !

 

Mosquée Nizwa depuis le fortMosquée de Nizwa depuis le fort
 

Sculpture manche KhanjarsTravail du bous Nizwa

Beaucoup de choses se font encore à la main
 

 

Hall marché frais NizwaSouk Oman Nizwa

Aux souks de Nizwa : hall moderne et échoppes traditionnelles se cotoient

 

LES WADI

Wadi Bani Khalid

Ah les Wadi… Il existe plusieurs oueds à Oman et le Bani Khalid compte parmi les plus beaux. Imaginez des vasques taillées par la rivière dans les blocs rocheux du massif du Hajjar Oriental… Ce wadi incontournable offre, hors des sentiers battus, l’approche d’un village reculé, point de départ d’une petite randonnée et surtout prétextes à de rafraichissantes baignades dans ces accueillantes piscines naturelles. Le village donne aussi l’occasion d’approcher de près les « falajs » (ou aflaj), ces systèmes d’irrigations ingénieux hérités des Sumériens et de paisibles palmeraies ombragées. Wadi Bani Awf, Wadi Tiwi, Wadi Shab sont également de chouettes terrains de jeu mais il faut bien en choisir un, surtout lors d’un voyage à Oman de moins de 2 semaines :) !
 

Wadi bani khalidPalmeraie de Wadi bani khalid
 

 

On s'enfonce dans le canyon wadi bani khalidOn s'enfonce dans le canyon
 

 

wadi bani khalidL'eau fait son apparition...
 

 

... devient de plus en plus abondante...
 

 

... jusqu'à une belle piscine naturelle !

 

DÉSERT À OMAN

Wahiba Sands ou Rub Al Khali

Une bonne partie du territoire d’Oman est couverte de désert. Qu’on se le dise, le Rub Al Khali est le plus beau et le plus grand désert du pays. En réalité, il est situé en Arabie Saoudite et déborde un peu sur le Yémen et Oman. L’immersion dans ses cordons dunaires est comparable à ce qu’on peut ressentir dans le Sahara. Certaines dunes dépassent les 200 mètres de haut.

Les Wahiba Sands constituent un désert plus petit mais tout aussi intéressant pour l’immense majorité des voyageurs à la recherche d’une belle immersion dans la mer de sable. La différence entre les 2 déserts, là où le Rub Al Khali, plus sauvage, impose le bivouac et l’itinérance, les Wahiba Sands offrent une gamme d’hébergements en dur parfois très luxueux. Certaines vagues de sable, pour rester dans la métaphore de la mer, atteignent 100 mètres de haut et forme une houle immobile sur l’instant mais spectaculaire… surtout au lever et au coucher du soleil où les couleurs sont magnifiées par la lumière changeante.

Un autre « petit » désert atypique est à voir au sud du pays : Khaluf. De jolies « dunettes » de sable d’un blanc immaculé s’étendent le long de l’océan Indien et dessinent un paysage presque irréel.
 

Wahiba sandsLes jolies dunes du Wahiba sands
 

 

Wahiba sandsCoucher de soleil sur notre camp
 

 

Lumières du soir
 

 

Notre camp est vraiment luxueux

 

MONTAGNES À OMAN

Oman est un pays minéral, de sable et de montagnes. Parmi elle, le massif du Djebel Shams qui culmine à 3000m d’altitude et qui abrite ce que les omanais appellent le « Great Canyon of Arabia ». Il s’agit d’un canyon impressionnant creusé par le Wadi Nakhr et qui offre des vues spectaculaires et plongeant parfois de plus de 1000 mètres ! Un beau sentier en balcon permet de randonner jusqu’à un village abandonné et à la localisation vraiment improbable…
 

Al HamraVillage abandonné qui reprend vie peu à peu grâce à l'installation du musée folklorique
 

 

Le musée folklorique nous accueille avec du café omanais et des dates
 

 

Détails dans le village d'Al Hamra
 

 

Sourire omanais
 

 

Grand canyon d'arabieEn route pour le grand canyon d'Arabie
 

Balade en balcon

Panorama epoustouflant... en face, le point culminant d'Oman, le Djebel Shams

 

GASTRONOMIE À OMAN

Et qu’est-ce qu’on mange ? La cuisine omanaise est gouteuse, douce et épicée. Le riz blanc s’accompagne de poisson ou viande grillées ou en sauce. On apprécie aussi la fraicheur de l’houmous, les couleurs des salades de tomates, concombres, poivrons et fromages frais, les différents petits pains au sésame, aux graines de nigelle, ou les galettes et les pastèques et autre melons jaunes, au jus toujours sucré…
 

Un grand classique...

Un autre aliment se suffit à lui-même à Oman : la date. Il en existe plusieurs sortes et plusieurs qualités. Pour être honnête je n’ai pas bien vu la différence, je mets ça sur le compte de mon palais occidental… Par contre, elles ne sont jamais sèches, ni trop sucrées. Onctueuses, elles fondent sur la langue. Les gourmand(e)s les accompagneront d’une autre  petite douceur : le « café omanais ». Une fois torréfié et moulu, le café est mélangé avec une juste dose de cardamome réduite en poudre, avis aux amateurs.
 

souk dates nizwaDifférentes qualités et variétés de dates omanaises
 

 

Nos chauffeurs en tenue traditionnelle, ils ont de l'allure, non ?

Un grand merci à Ali (x2), Ahmed, Souleyman et Saïd


Vous l’avez compris, Oman m’a séduite. Sans angélisme, le pays est prospère et souhaite véhiculer des valeurs comme la tolérance et l’ouverture... ça fait vraiment du bien par les temps qui courent !


Envie de vivre votre propre expérience ? Découvrez tous nos voyages à OMAN