Merci à Daniel pour ce témoignage suite à un trek au Népal sur les balcons des Annapurnas et Dhaulagiris

Je rentre d'un trek original et pas trop difficile au Népal. Les paysages de montagne sont vraiment hors du commun. Les gens empreints des valeurs du bouddhisme et de l’hindouisme sont d'une grande bienveillance. J'ai apprécié que l'itinéraire ne monte pas trop haut en altitude, ses étapes bien dosées et qu'il passe encore dans des lieux peu fréquentés.  Les guides, sherpas et porteurs sont compétents et très agréables. C'est donc avec plaisir que je complète le témoignage laissé sur le site de Tirawa concernant le trek "Balcons des Annapurnas et Dhaulagiris" réalisé entre le 10 novembre et le 24 novembre 2018.

Dhaulagiris

Au bout d'une semaine, les images de ce voyage ne me quitte pas. La sérénité qui émane de ce peuple, porté par les valeurs de philosophies orientales, imprègne durablement mon esprit occidental, dominé par la compétition, la condescendance, le stress. Ce circuit, encore hors des sentiers battus, plus facile que le tour classique des Annapurnas, parcourt des espaces isolés à la rencontre des paysans solitaires, des tenanciers de lodges, peu fréquentés, qui vous saluent gentiment, tout heureux de venir à votre rencontre.

La marche quotidienne est raisonnable, en dénivelé et en altitude maximale atteinte - 4000 m - dans des décors grandioses. Je suis un connaisseur certain des Alpes de Savoie, du Dauphiné, des Alpes maritimes, de Suisse ou bien d'Autriche, mais néanmoins pas blasé et le spectacle de cette barrière himalayenne, c'est quand même quelque chose que je souhaite que chaque terrien puisse un jour voir de plus près. Une équipe épatante de neuf personnes accompagnait notre groupe de huit randonneurs. Quatre porteurs courageux et plein d'abnégation avec leurs chargements, quatre sherpas, ayant à coeur d'attendre celui qui s'attarde et notre guide Robin Raj Giri, cultivé, polyglotte (anglais, népalais, français, chinois) si jeune et toujours le sourire aux lèvres. Chaque soir, avec ce groupe de 17 personnes, nous avions pris l'habitude, pour oublier la rudesse de la vie dans les lodges, autour d'un poêle, alors que dans les chambres il fait si froid, que prendre une douche pouvait relever de l'exploit, de chanter (a capella) et de danser ensemble à l'image de Robin et de Djibu le jeune sherpa, au sourire rayonnant. Je crois que Français, Népalais, gardien des refuges, nous ne sommes pas prêts d'oublier ces moments.

Groupe Tirawa trek népal annapurnas dhaulagiris

chaine annapurna

Dans la dernière journée la visite de Katmandu, métropole un peu folle comme toutes ces villes du tiers monde, et de Bakhtapur, la ville conservée du 17ème siècle et ses temples, que les autochtones s'évertuent à réparer des dégâts des derniers séismes, ont fini d'enchanter, par une touche culturelle, ce voyage !

Katmandu
Daniel G.