Julien Erster, créateur des voyages en Afrique, Orient et îles lointaines nous conduit en Éthiopie !

Je quitte nos montagnes de Savoie pour un nouveau repérage en Ethiopie. C'est à la fois un vrai plaisir - le pays est fantastique - et une nécessité. Il est vrai que mon dernier périple remonte (déjà !) à presque 5 ans. Dans ce laps de temps les infrastructures routières et hôtelières ont évolué et notre équipe de guides éthiopiens francophones s'est étoffée.

Aussi, en tant que créateur de voyages, je me dois d'ajuster à la fois nos circuits existants mais aussi défricher de nouveaux parcours. Ce côté artisanal de la conception d'un voyage et cette connaissance aiguisée du terrain est un volet passionnant de nos métiers.

Addis Abeba, la capitale éthiopienne, est le point d’entrée et un passage incontournable pour tout voyage en Ethiopie. J'y retrouve mon équipe locale, visite de quelques hôtels et m’imprégne de cette grande ville africaine qui est aussi le siège de l’Union Africaine !
 

Café à Addis Ethiopie Au comptoir, le café est ethiopien évidemment - Addis Abeba

Eglise Entoto Addis AbebaEglise colorée sur la colline d’Entoto

Marché de Shola, Addis AbebaMarché de Shola, Addis Abeba

Equipe locale ethiopienne et francophone à AddisUne partie de notre équipe de guides éthiopiens


Mon vol domestique me dépose à Mekele, la capitale régionale du Tigray, à l'extrême nord du pays. La ville ne présente pas un fort intérêt en revanche, c'est la porte d'entrée pour rejoindre la célèbre dépression volcanique du Danakil (pour + d'infos, consultez nos récits de voyages en Ethiopie).

Cette région permet également de rejoindre une région montagneuse moins connue que le Simien mais tout aussi intéressante : le Gheralta.  C'est ce massif que je m'apprête à parcourir en traversée.
 

Massif du GheraltaMassif du Gheralta


Il s'agit de la première région christianisée de l'ancienne Abyssinie et, en plus de posséder un patrimoine naturel grandiose, elle abrite de nombreuses églises troglodytes taillées dans la roche. Accessibles uniquement après plusieurs heures de marche sur des sentiers de montagne, c'est le moyen idéal de concilier trois thèmes chers à Tirawa : trek, culture et nature !
 

Après une visite de l'église de Abreha et Atsbeha, un sanctuaire religieux accessible à tous, je débute mon trek de reconnaissance en compagnie de Zelalem et Gebrehewet, deux de nos guides spécialistes de la marche. Ils ont déjà une connaissance pointue du massif et nous allons valider ensemble l’itinéraire de trek le plus judicieux et le plus esthétique. Le temps m'étant compté, nous avons précisément 2 jours pour réaliser l'intégralité du parcours que nous proposerons en 4 jours sur notre site... Il s'agit donc de ne pas trainer en route.

Notre trek débute par un long passage en crête qui se poursuit jusqu'à la belle église de Yohannes Makudi. L’accès est enserré entre d’étroites parois de grès. Un prêtre nous attend et nous ouvre alors les portes de ce bijou peu visité. L’intérieur abrite des peintures primitives surprenantes inédites dans la région.
 

chemin de crète GheraltaChemin en crête

passage à l'eglise de Yohannes MakudiAccès à l'église de Yohannes Makudi

Interieur de Yohannes MakudiIntérieur de l'église


En contournant de belles falaises ocre, le sentier se poursuit en descente facile à travers une forêt d’eucalyptus. Une ombre salvatrice - il fait chaud dans la région - et un pique-nique bien mérité nous donnent la force de poursuivre notre ascension de la montagne de Debre Tsion (2297 m d’altitude).
 

montagne de Debre TsionUn habitant pose fièrement près de Debre Tsion

montagne de Debre Tsion

montagne de Debre Tsion


Ici, une seconde église perchée attend les visiteurs depuis le XIVe siècle. Elle est dédiée au moine Abouna Abraham et présente une large façade partiellement sculptée et un intérieur richement décoré du sol au plafond.

Eglise Gheralta ethiopie

Eglise Gheralta ethiopie

Eglise Gheralta ethiopie


Nous descendons par le même sentier avant de bifurquer à travers un large canyon menant à un village bordé de beaux spécimens d’euphorbes candélabres et de figuiers de barbarie. Nous découvrons de jolies maisons en pierres sèches à toit plat typique de la région du Tigray. Nous acceptons bien volontiers l'invitation à boire un café traditionnel chez l'habitant...

Mes deux guides seront forts utiles pour faire l'interprète entre cette mère de famille, ses enfants et moi ! Ces immersions dans le quotidien des personnes rencontrées sont de véritables temps forts d'un voyage. On ne peut pas les prévoir car ils perdraient toute authenticité mais il est possible d'orienter un itinéraire pour forcer un peu le destin :) . Rassurez-vous, il n'est pas question non plus de profiter d'une situation et d'imposer l'accueil de nos petits groupes quel que soit le lieu ! 

Eglise Gheralta ethiopie

Chez l'habitant Ethiopie Gheralta Une petite famille accueillante

 

Dans un décor grandiose, dernière étape de marche jusqu’à notre campement idéalement situé sous un gigantesque sycomore et faisant face à une rangée d'aiguilles rocheuses spectaculaire !

Notre 4x4 logistique est déjà là ainsi que notre cuisinier.

Notre camp sous le grand sycomoreNotre camp sous le grand sycomore !

 

Alors que le soleil enflamme les aiguilles rocheuses de Dasembet, nous poursuivons cette reconnaissance du massif. Nous quittons à pied notre camp pour rejoindre un petit col passant à proximité ces tours effilées.

Aiguilles de DasembetAiguilles rocheuses de Dasembet

 

Nous poursuivons vers le village de Korar et montons progressivement à travers un décor tout en cactus. Les points de vue sur les montagnes environnantes sont superbes. En remontant un plateau, nous continuons notre trek.

Gheralta Ethiopie

Vue plongeante

 

Après un passage délicat nécessitant l'usage des mains, nous atteignons la montagne tabulaire du Mont Kemer (2660 m d’altitude), plus haut sommet du Gheralta. Du sommet, la vue à 360° est inoubliable. On découvre en contrebas la montagne de Korkor et ses deux fameuses églises taillées dans la roche que sont Maryam Korkor et Daniel Korkor.
 

Mont KemerDu côté du Mont Kemer

Passage délicat

Un éleveur fait une pause ombragée... avec vue


Mon guide m'apprend l'existence d'un sentier alternatif et méconnu menant à ses trésors, avec la possibilité de réaliser un bivouac de rêve à proximité des églises. Le temps nous manque pour réaliser cette variante mais nous l'inclurons sans doute dans nos programmes... Un vrai plus !

Nous poursuivons par un sentier panoramique dominant les aiguilles rocheuses de Guh avant d'emprunter un chemin en balcon dominant de très belles falaises ocre.
 

aiguilles de Guh

 

Notre trek emprunte maintenant un chemin rocailleux puis sablonneux jusqu’au village d’Agoza (2050 m). Un lieu propice à nombreuses rencontres avec des villageois et surtout des enfants peu habitués à voir des étrangers dans ce secteur isolé…
 

Village d’AgozaVillage d’Agoza

Enfants curieux

Ayant pris l'option de doubler nos étapes de trek, ce n'est pas ici que nous dormirons ce soir, il faut poursuivre à présent ! Par un sentier panoramique en balcon, la vue est très belle et nous apercevons en contrebas les aiguilles effilées de Tewelehe. Au loin, nous distinguons le village de Koraro qui nous atteindrons en fin de journée.
Travaux des champs

Entre Agoza et Abuna Gebre Mikael

Aiguilles de TeweleheAiguilles de Tewelehe

 

Au détour du sentier, nous faisons la rencontre d’un couple habitant la seule maison du secteur. Un coin particulièrement isolé situé sur un plateau intermédiaire entre les barres rocheuses. C’est pour nous une nouvelle occasion de déguster un café traditionnel éthiopien mais aussi de goûter au fameux injera (sorte de grande crêpe à base de farine de tef) accompagné de sa purée de pois chiche.

Injera


En passant à proximité de milliers de cactus, nous poursuivons sur un sentier étroit dominé par d’immenses falaises rouges. En contournant le cirque de Daba Amssalu, nous arrivons au village d'Abuna Gebre Mikael. Accompagnés du prêtre, nous visitons une belle église troglodytique taillée dans un éperon rocheux et abritant de jolies fresques aux couleurs éclatantes.
 

Figuier de Barbarie Ethiopie Gheralta

Eglise d’Abuna Gebre Mikael

Eglise d’Abuna Gebre MikaelOn devine l'église d’Abuna Gebre Mikael

 

Dernière étape de descente, avec un court passage dans une faille avant notre d’atteindre notre bivouac à l’aplomb de l’impressionnante falaise de Koraro.

 

Le bilan cette reconnaissance est plus que positif car ce trek du Gheralta en traversée est exceptionnel.

Vous le retrouverez dans deux de nos voyages en Ethiopie :

Lalibela, Tigray et Erta Ale et Grands Treks en Ethiopie.


J’ai poursuivi ma prospection dans les environs avec d’autres trésors du Tigray enfouis dans les massifs montagneux d’Abbi Adi et de l’Atsbi. Les possibilités sont vraiment nombreuses, autant de nouvelles idées pour de futurs programmes !
 

Eglise-monastère de Gabriel Wukien

Eglise-monastère de Gabriel WukienEglise-monastère de Gabriel Wukien

Eglise-monastère de Gabriel Wukien


Eglise rupestre d’Abba Yohanni

Eglise rupestre d’Abba Yohanni Eglise rupestre d’Abba Yohanni

Eglise rupestre d’Abba YohanniLe prêtre nous accueille

Eglise rupestre d’Abba YohanniInterieur d’Abba Yohanni


Le village d’Atsbi et son marché du samedi

Village d’Atsbi


Eglise Mikael Debre Salam et environ

Eglise Mikael Debre Salam

Eglise Mikael Debre Salam


Eglise Mikael Imba perchée en haut d’une montagne tabulaire

Eglise Mikael Imba


Après une petite semaine dans le nord du pays, je quitte à regret cette région attachante du Tigray pour rejoindre à présent l’extrême sud, sur la rive ouest de la vallée de l’Omo. L’objectif de cette seconde partie est de réfléchir aux possibilités d’un nouveau programme avec un point d’orgue un trek chez les Surma, ethnie pastorale, lointains cousins des célèbres Mursi. Un projet à moyen terme puisque actuellement la situation en terme de sécurité s’est un peu dégradée. Dommage.


Voici pêle-mêle quelques photos montrant les différentes ambiances d’un futur voyage à la rencontre de cette ethnie du Sud.
 

Bienvenue en pays Surma
 

Région Surma Ethiopie - femme
Région Surma

Changement de décor nettement plus luxuriant et vert que dans le Nord du pays.
 

Région Surma camp de baseNotre camp de base

Jeune Surma

Femme SurmaCertaines femmes portent un plateau labial à l'instar des Mursi

Jeu local

Ornements plus créatifs les uns que les autres, arborés par les jeunes filles, commes les jeunes hommes.
 

Jeune femme Surma

Jeune Surma


Cascade de Silisili à proximité du village de Maji
 

Cascade de Silisili

Habitat traditionnel

Wush Wush et ses belles plantations de thé
 

singes sud ethiopieDes colobes ont élu domicile aux abords des plantations

plantation de thé wush ethiopie
Plantation thé ethiopie

Mon voyage de reconnaissance en Ethiopie se termine déjà et je ne peux que conseiller au voyageur curieux ou en recherche d’un pays atypique en marge du tourisme de masse de découvrir l’Ethiopie !
 

Pour aller plus loin : TOUS NOS VOYAGES EN ETHIOPIE