Epilogue

Je vous avais donc quitté le 30 juin au matin, dans une ruelle semi-déserte de Chiquian. Après presqu’un mois de vie commune au sein d’un groupe, cela fait toujours bizarre de se retrouver seul, à bord d’un bus local !
Direction Huaraz pour retrouver Edgar, notre responsable local et faire le point sur ce beau voyage que nous venons d’effectuer… Au programme des prochains jours, je veux aller découvrir quelques coins que je ne connais pas encore. Notre premier projet, monter au refuge du Huascaran, tombe à l’eau… car le refuge est fermé faute de public ! En effet cette année, les conditions d’ascension du plus haut point du Pérou… sont loin d’être bonnes ! Nous nous replions alors sur le refuge de Contrahierbas, situé de l’autre côté de la cordillère. D’un beau temps régnant sur le versant occidental de la Blanche… nous sommes passés à un climat digne de l’Ecosse en hiver !

Montée à Portachelo de Llanganuco, le col qui permet de basculer sur le versant oriental de la Cordillère Blanche

Finalement après s’être fait copieusement rincé lors de la montée à ce refuge, nous avons trouvé un refuge agréable, construit il y a huit ans par l’association Don Bosco, une œuvre caritative qui conduit de nombreuses actions dans toute l’Amérique Latine. Un groupe de 70 adolescents est sur place pour le weekend. Ils reconstruisent un ancien temple inca qui est en ruine à côté du refuge.
Le lendemain, nous décidons de rentrer sur l’autre versant, en empruntant des chemins de traverse dans la campagne profonde et nous franchissons la Cordillère par le col de Punta Olimpica (et son tunnel de 2 kilomètres à 4700 m d’altitude).

Sur la route déserte de Punta Olimpica

Le grand beau temps revient… mais il est l’heure de se concentrer sur les cartes et les programmes de l’an prochain pour cette région du Pérou. Je pourrai quand même faire quelques photos… qui vont rendre mes anciens camarades de voyage… jaloux !
 

Chambre avec vue. Depuis chez Jean-Paul qui m’a hébergé à Acopampa, vue sur les deux Huascaran

Le Copa, un sommet de plus de 6000 m qui est souvent skié

Le même Copa depuis un point situé au-dessus de Caraz, pour un coucher de soleil mémorable sur la Cordillère Blanche

Les trois sommets du Huandoy

Les sommets du Sud de la Cordillère Blanche

Jeu de couleurs avec le soleil couchant

Glaciers de Copa et de Paqcharaju

Une fois le soleil couché, une autre lumière, venue de la réverbération sur le Pacifique, vient éclairer les sommets

Les deux Huascaran baignés par cette lumière particulière

Pour clore ce blog, je tiens encore à remercier tous les participants à ce voyage pour leur patience, leur bonne humeur, leur soif de nouveaux horizons. Un clin d’œil particulier à Mister Tong, alias Jean-Marc de Trek Mag, qui va bientôt nous fournir des images exceptionnelles tournées avec un drone. Et un grand merci à nos équipes locales et aux guides péruviens qui ont su nous faire partager des moments intenses !  A bientôt pour de nouvelles aventures...