Guanajuato

Cette journée est consacrée à la découverte de cette magnifique ville minière, truffée de rues souterraines et d’extraordinaires monuments historiques. Guananjuato, signifie la « colline des grenouilles » en purépecha. Elle prend naissance au fond d’une gorge et étend ses maisons bigarrées jusqu’au pied des monts environnants.

Premier monument que nous visitons : la Basilique de Nuestra Senora de Guanajuato, située sur la place d’armes, juste devant notre hôtel. Cette église renferme une statue de la Vierge, patronne de la ville. D’autres statues, signes d’un syncrétisme religieux encore important, se dressent dans la nef. Le Mexique est considéré comme un point d’encrage important du catholicisme en Amérique centrale et latine. Les Papes y viennent régulièrement

Notre hôtel, la Casa de Don Lucas, un ancien hôtel particulier au charme particulier

Basilique de Nuestra Senora de Guanajuato

Le cœur de la Basilique

Un Saint à la mode locale et Jean Paul II

La ville de Guanajuato est un véritable musée ouvert et vivant. Plus de 550 bâtiments sont classés. Inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO, Guanajuato est certainement la plus belle ville du Mexique. Se perdre dans ses ruelles, ses tunnels et ses « callejones » fait partie du plaisir que l’on a à visiter cette cité. 

Deuxième temps fort de notre promenade matinale : la Jardin Union, l’église San Diego et le Teatro Juarez. Le Jardin Union est le centre névralgique de la ville. Ombragé par des ficus géants, c’est le lieu de rencontre de la ville. Un kiosque d’inspiration parisienne trône au milieu de la place. Lui faisant face, l’église San Diego présente une façade churrigueresque sophistiquée. Juste à côté, le Teatro Juarez est le cœur de la vie culturelle de la ville. Inauguré par le président (dictateur) Porfiro Diaz en 1903, il mélange les styles méoclassique, colonial et mauresque.

Le charme des ruelles de Guanajuato

Teatro Juarez et église San Diego

Le Teatro Juarez

Un niveau de rues au dessus de l’hyper centre, l’église de la Compagnie de Jésus et l’Université forment un ensemble imposant. Erigée en 1747, l’église des Jésuites n’a pas été occupée longtemps par cette confrérie. En 1767, un décret royal bannit les Jésuites des colonies espagnoles ! Juste à côté, le grand édifice bleu et blanc de l’Université, achevé en 1950 est pour partie controversé par sa singularité dans le paysage historique de Guanajuato.

L’Université et l’église de la Compagnie de Jésus sont situées derrière la Basilique

La façade de l’église de la Compagnie de Jésus est de style churrigueresque mais la coupole date du XIXème

Sur les marches de l’Université

En suivant le rue Positos, on arrive au musée régional de la Alhondiga de Granaditas. Cette bâtisse aux allures de forteresse est riche en histoire. Elle servait de halles aux céréales. Le héros de la ville, El Pipila, en brûla la porte pour déloger les espagnols retranchés à l’intérieur  lors de la première bataille décisive de la révolution le 28 septembre 1810. Devenu un musée avec des belles collections d’art préhispanique, il est remarquable aussi par deux fresques monumentales qui ornent l’un des grands escaliers. José Chavez Morado a réalisé le « Canto a Guanajuato » et « la Abolicion de la Esclavitud » qui immortalisent la guerre d’indépendance.

Une façade de la Alhondiga de Granaditas

La Alhondiga de Granaditas depuis le monument de El Pipila qui domine la ville

El Pipila, le héros du début de la révolution

Les fresques de José Chavez Morado

Juste en dessous de la Alhondiga de Granaditas, le Mercado Hidalgo, une immense structure métallique inspirée d’une gare française

En fin d’après midi, le must est de monter en funiculaire sur le place où trône El Pipila. Le panorama depuis cette colline est spectaculaire… La preuve en photos !

Montée en funiculaire au dessus de Guanajuato

L’esplanade de El Pipila sert à toute sorte de manifestation !

La ville de Guanajuato depuis la colline de El Pipila

La nuit donne une autre dimension aux bâtiments