Teotihuacan et Puebla

Cela fait déjà deux jours que je suis arrivé au Mexique afin de préparer l’arrivée du groupe. Hier soir je les ai accueillis à la sortie du vol Air France.

Mexico, 2240 mètres d’altitude est l’une des plus grandes villes du monde avec 22 millions d’habitants, et les bouchons peuvent être terribles. Finalement Sergio, le chauffeur de notre bus que nous aurons pendant la première partie de ce voyage, arrive à se faufiler au milieu de ce chaos et nous rejoignons assez rapidement notre hôtel situé à quelques blocs de l’hyper centre historique. Après le dîner, nous irons d’ailleurs faire une petite promenade digestive jusqu’au Zocalo, la grande place qui représente le centre du pouvoir religieux et politique du pays.

Ce matin, le groupe semble avoir partiellement digéré les 7 heures de décalage horaire ! A 8h, départ pour l’un des plus importants sites archéologiques précolombiens au monde : Teotihuacán dont le nom en nahuatl signifie “le lieu où sont nés les dieux”.  Rafael, qui sera notre guide tout au long de ce périple d’un mois, nous fait démarrer la visite par le Palacio de Tetitla, un palais qui a conservé quelques très belles fresques datant du IIème siècle de notre ère.

Palacio de Tetitla, un aigle, animal d’une importance capitale dans la cosmogonie des civilisations précolombiennes

  Palacio de Tetitla, un aigle, animal d’une importance capitale dans la cosmogonie des civilisations précolombiennes

Nous entrons ensuite sur le site proprement dit par la Puerta 1 et rapidement nous sommes surpris par la grandeur du site. Du bout de la Calzada de los Muertos (chaussée des Morts), la colonne vertébrale de Teotihuacan mesure plus de deux kilomètres pour aboutir au Temple de la Lune. Dans le grand quadrilatère de la Ciudadela, nous grimpons sur la pyramide du Templo de Quetzalcoatl (le temple du serpent à plume).

  La pyramide du Soleil, depuis le Patio Escondido de la Ciudadela

Temple de Quetzalcoatl                            

  Tête de félin et représentation de Tlaloc, le Dieu de la Pluie

De retour sur la chaussée des Morts, nous nous dirigeons vers la base de la Pyramide du Soleil. Avec ses 225 mètres de côté et ses 65 mètres de hauteur, c’est la plus grande construction antique des Amériques. Terminée au IIIème siècle de notre ère, on ignore quel culte y était pratiqué. Si vous venez dans le coin le 21 mars, jour d’équinoxe, des milliers d’adorateurs du soleil, venant de tous horizons et vêtus tout en blanc, squattent les terrasses de cette pyramide !

La Calzada de los Muertos avec en point de mire le temple de la Lune

Le temple du Soleil                                                                         

C’est parti pour l’ascension de la pyramide

Depuis la première terrasse du temple de la Lune, la perspective globale sur le site vaut bien l’effort de gravir des marches particulièrement ardues. Avant de sortir du site, visite du Palacio de Quetzalpapalotl, le palais du Quetzal-Papillon. La reconstruction de ce palais est particulièrement réussie. Le motif principal des pierres qui forment des colonnes, représente un oiseau mythologique au corps de papillon.

Montée sur la première terrasse du temple de la Lune             

Patio du Palacio de Quetzalpapalotl

Après un excellent déjeuner pris sur une terrasse ombragée, à déguster des spécialités locales, deux heures de route nous mènent à la ville de Puebla. La « cité des Anges » fut fondée en 1531. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987, le centre ville regorge d’églises (44) et de bâtiments aux façades colorées, le tout gravitant autour de la Plaza de Armas (Zocalo). 

Faisant face à la cathédrale, le Palacio Municipal

Plaza de Armas, avec la cathédrale au fond                               

L’église de Santo Domingo, avec son autel qui aligne 18 Saints et évêques dominicains

La Capilla del Rosario, chef d’œuvre du baroque méxicain, à l’intérieur de  l’église de Santo Domingo

Nous dînerons ce soir sur la place d’Armes, l’occasion de voir une ville qui vibre la nuit !