De Syangboche à Samar

Nous laissons la piste de côté car elle nous oblige à faire un trop long détour. Derrière nous, les nuages sombres et la neige s’abattent sur Ghami, seuls quelques flocons dansent autour de nous. Malgré la difficulté, la décision prise hier d’aller de l’avant au maximum fut judicieuse. Nous arrivons au hameau de lodges de Syangboche après avoir pris 3 fois plus de temps qu’en marche normale… c’est la première fois que j’avance avec de la neige à mi-cuisse et me demande qui des Vikings, des Lapons ou des Aléoutes ont inventé les raquettes à neige… ?


Mustang sous la neige
Nous reprenons des forces avec une soupe de nouilles en compagnie d’ouvriers de la piste, bloqués ici. D’après eux, les prochains (et derniers !) cols avant de retrouver la vallée de la Kali Gandaki, sont enneigés d’au moins un mètre. Mauvaise nouvelle mais il nous reste la moitié de la journée pour arriver à Samar… de l’autre côté. Nous reprenons notre marche en nous laissant tout de même de la souplesse et la possibilité de rebrousser chemin si la quantité de neige est trop importante. Nous rejoignons les traces laissées par les ouvriers et quelques bergers surpris (et réciproquement !) de nous trouver là. La neige est bien tassée par endroit, contre toute attente nous avançons rapidement. Une douleur à la jambe et la nuit tombant, nous nous arrêtons au village de Samar. Un poêle bien alimenté nous fait passer une très bonne nuit.


Un livre écrit par Nicole Guillon (une de nos voyageuses) à l'issu d'un voyage au Népal...