Oh, il neige...

Surprise à notre réveil, de gros nuages gris ont envahi le ciel et la neige ne tarde finalement pas à tomber. Nous pensons aux prévisions de la femme de Lupra... D’abord finement ; les flocons s’épaississent quand nous arrivons à la grotte-monastère de Lori Gompa. Endroit magique et hors du temps, il s'agit des grottes troglodytiques abritant un stupa et plusieurs peintures remarquables. Nous poussons vers un site équivalent, à savoir Tashi Kabum, dont l'accès est dangereux comparé à celui de Lori Gompa qui est aménagé. Nos guides ont donc pour consigne de ne pas tenter d’y accéder avec nos groupes.

Mustang Lori gompa
Lori Gompa Mustang

Nous choisissons de quitter Yara pour le hameau de Dhi d’où nous pourrons normalement accéder à la capitale Lo Manthang… demain, si la neige veut bien s’arrêter.

L’abondante couche de blanc que nous trouvons le lendemain matin nous laisse penser qu’il a neigé une bonne partie de la nuit. Une rapide concertation nous fait oublier Lo Manthang par le chemin envisagé, trop raide, encaissé et soumis aux avalanches. Redescendre urgemment avant de nous faire bloquer par la neige, voilà qui va bien occuper notre début de matinée. Nous partons donc à pied en quête d’un véhicule et tombons sur une karka (abri temporaire) d’où les derniers camions sont partis la veille au soir. Trouvant le signal réseau qui nous faisait défaut depuis hier, Mahendra appelle un ami chauffeur qui lui indique que tout le monde est redescendu à Pokhara par peur de la neige. Dommage, nous qui pensions redescendre rapidement du Haut Mustang par ce moyen de transport... Nous n’avons finalement plus qu’un seul choix : redescendre à pied et espérer que la météo soit clémente. Compte tenu du vent glacial qui soulève des tonnes de neige et nous gèle sur place une fois sorti de l’abri, nous ne sommes pas arrivés… Nouveau consensus trouvé : se mettre au chaud et attendre. Nous en profiterons pour jouer au carrom (billard népalais) et à la version locale des petits chevaux avec la famille qui nous accueille. Le vent souffle une bonne partie de la nuit, soulevant les tentures accrochées aux murs et faisant office d’isolation…

Mustang