Patan, dernier jour au Népal

Le tremblement de terre a beau dater d’avril 2015, on en observe encore les stigmates à Patan… la ville a tout de même su garder un charme fou et les chantiers de reconstruction, notamment à Durbar Square, vont bon train. Cette ancienne capitale royale était à l’époque distincte de la ville de Katmandu qu’elle touche aujourd’hui. Inscrite au Patrimoine mondiale par l’UNESCO en 1979 elle regroupe des temples hindouistes, des stupas bouddhistes, des palais et des places royales, des statues vénérées et autres témoignages datant pour certains du 12ème siècle !

Patan Népal stupa
Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal

Pour s’imprégner de la vie locale, il faut se lever tôt et déambuler dans les ruelles où des étales de toutes sortes sont installées un peu partout. J'aime les couleurs, l'animation, les odeurs et la solénnité de certaines scènes de purification ou de bénédiction en pleine rue...

Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal

Nous étions sur place durant la fête des lumières qui symbolise la nouvelle année pour les Newars. Outre l’allumage de nombreuses lampes à la nuit tombée, les népalais réalisent devant chez eux de magnifiques  « tableaux » bariolés appelés « Rangoli » faits de pétales de fleurs, de poudre de riz colorée, de graines diverses, de sables. Ces oeuvres éphémères sont généralement réalisés à l’entrée des maisons lors de célébrations religieuses, de fêtes de famille comme les mariages ou les naissances... Elles honorent dieux, déesses et portent chance !

Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal
Patan Népal

Notre découverte du Népal se termine sur cette note colorée. J'invite tous les curieux à découvrir ce pays attachant qui n'est pas décidement pas réservé qu'aux trekkeurs !

Séverine Mérafina