Julien Erster a mis sa casquette de responsable du comptoir "iles lointaines" et nous amène en voyage de repérage au Japon !

L'île de Kyushu

Pour mon second voyage au Japon, je jette mon dévolu sur l’île de Kyushu ! Pour ceux qui ne seraient pas coutumiers de la géographie nipponne, Kyushu est l’une des 4 grandes îles composant l’archipel. Située au large de la Corée, c’est la plus méridionale. Elle jouit d'un climat subtropical. Pourquoi Kyushu me direz-vous ?
 

Depuis maintenant plusieurs années, l'équipe Tirawa a acquis de solides connaissances de Honshu, la grande île principale où l’on trouve, entre autres, tous les incontournables du Japon : Tokyo, Kyoto, Nikko, Hiroshima, le Mt Fuji... Et sur laquelle nous avons aussi créé des itinéraires hors des sentiers battus, notamment dans la région montagneuse du Tohoku.

Le « pays du soleil levant » est riche ce qui permet encore d'étoffer notre éventail de voyages... oui mais sans occulter l'inédit et la nouveauté ça va sans dire ! Voilà pourquoi après plusieurs recherches, Kyushu, encore peu visitée par les voyageurs étrangers semble particulièrement intéressante pour sa nature, ses volcans actifs et ses nombreux onsen (bain d’eau chaude).

Après un long vol via Tokyo, je débarque enfin à Nagasaki. Un temps maussade m’attend, cela ne va pas freiner mon envie de découvrir cette ville cosmopolite et atypique pour le Japon. Elle a connu une histoire mouvementée bien avant la catastrophe de la bombe atomique du 9 août 1945. Avec la présence de Hollandais et Portugais dès le XVIe siècle. Etonnant aujourd’hui de déambuler à pied dans des rues de Nagasaki au son des cloches des églises environnantes !


Après un passage obligé par le musée de la Bombe atomique...

... et le temps m’étant compté, je rejoins rapidement la péninsule voisine de Shimabara. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais c’est ici que l’on trouve l’un des volcans les plus actifs du Japon, le Unzen-dake qui entra dans une éruption monstrueuse dans les années 1990-1991. Aujourd’hui apaisé, il reste néanmoins une menace sérieuse pour la population locale. Pour l’anecdote, c’est ici que plusieurs journalistes et scientifiques dont les célèbres Kraft, couple de vulcanologue français, périrent lors de cette violente éruption.
Aujourd’hui, on peut voir encore certaines maisons en partie ensevelies par de terribles nuées ardentes…

Aujourd’hui, le massif volcanique se prête à de belles marches panoramiques et sans risque menant aux abords du dôme de lave encore fumant ! 


La bourgade thermale de Unzen constitue le lieu idéal pour explorer la région. Bénéficiant d’une géothermie bienfaitrice, c’est un lieu idéal pour s’initier aux bienfaits des célèbres onsen japonais…

Ces bains d’eau naturellement chaude où l’on se baigne nu. Un délice japonais qui s’inscrit dans un rituel très codé !

Après une traversée en ferry, je rejoins la caldeira du Mont Aso. Avec ses 130 km de diamètre, c’est sans doute l’une des plus imposantes de la planète.

Toujours en activité, le sommet du volcan est actuellement inaccessible. Cela ne m’empêche pas de profiter d’une vue panoramique sur cette immense caldeira parsemée de villages et de cultures… grâce à une belle rando dans les montagnes volcaniques de Kuju, au nord de la caldeira du Aso ! En ce printemps, les azalées du Japon disséminés sur les flancs des montagnes et au détour du sentier sont superbes. Je ne suis pas seul, il faut dire que les Japonais, généralement suréquipés, sont particulièrement friands de marche à pied.


Le charmant village de Kurokawa Onsen sera mon camp de base. Lieu idéal pour découvrir cette superbe région, tout en profitant d’un ryokan traditionnel typiquement japonais. Un dîner raffiné Kayseki et un onsen extérieur me feront oublier les longues heures de marche en montagne du jour…

Un art de vivre à la japonaise auquel on se fait bien croyez-moi :) ! Il faut savoir que le yukata (kimono simple en coton) est la tenue de rigueur dans ces hébergements traditionnels japonais. On adopte vite l'etiquette en vigueur et « on se la joue » Japonais jusqu’au bout !


Dans la région, la belle gorge de Takachiho un classique à ne pas louper. Un site à mon goût un peu trop touristique mais il est vrai qu’il vaut le « coup d’œil » !


Non prévu dans mon programme initial, je décide ensuite d’effectuer un important détour pour me rendre sur la côte est de Kyushu pour voir entre autres deux sanctuaires shintos situés en bord de mer.  Le premier niché au cœur d’une végétation tropicale, sur une presqu’ile étonnante Aoshima frangée de spectaculaires formations rocheuses.


Le second un peu plus au sud, Udo, situé dans une grotte surplombant la mer. Un lieu tout bonnement magique !


Ce site vaut largement le détour et je suis enchanté de ce changement de programme... Question de feeling sans doute. Voilà l’intérêt d’un repérage sur le terrain… cette étape est indispensable à l’élaboration de nouveaux itinéraires de voyages.

La chaine volcanique de Kirishima sera la dernière étape de ma journée. Ici les possibilités de randonnées sont également intéressantes. Volcans fumants, lacs de cratère bleu-vert et cèdres majestueux, il y a pire comme décor, non ?

Les sommets Karakuni-dake (1700 m) et le Takachi-ho-no-mine offrent de belles marches pour découvrir ce massif volcanique réellement de toute beauté.

Après cette découverte, je rejoins la ville de Kagoshima, considérée comme la Naples de l’Orient ! De l’autre côté de la baie, le volcan Sakurajima émet quotidiennement cendres et fumées. L’éruption la plus violente est contemporaine puisqu’elle a eu lieu en 1914 quand le volcan a déversé pas moins de 3 milliards de tonne lave, engloutissant de nombreux villages et transformant l’île... en presqu’île ! Rien que ça !

Actif, ce volcan ne se monte pas mais la région de Kagoshima abrite de nombreux points d’intérêt.

Le plus insolite est sans aucun doute les bains de sable chaud ou comment se faire enterrer dans le sable volcanique ! Un expérience étonnante… et des plus relaxantes !

L’île de Yakushima marque le point final de mon repérage de Kyushu. Classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, ce bout de terre dispose d’un environnement naturel exceptionnel avec une végétation luxuriante, des cèdres millénaires (les yaku-sugi), des sous-bois particulièrement moussus, un relief montagneux et escarpé… Bref, un nouveau terrain de jeu à découvrir à pied.


Les possibilités de randonnées sont multiples depuis la petite balade dominicale jusqu’à l'ascension du Mt Miyanoura-dake (1935 m), point culminant du Japon méridional. Singes yakusaru et cerfs yakushika se rencontrent aisément au détour des sentiers.


Un petit coup de cœur pour finir, ce onsen extérieur mixte situé en bord de mer au milieu des rochers, accessible seulement à marée basse ! Pas d’entrée payante mais une simple donation de 100 Yen vous donne accès à ce petit trésor… Les amateurs apprécieront sans aucun doute !