Khajuraho

Après les bouchons pour s’échapper du centre de Delhi, le brouillard qui stoppe le trafic aérien et l’encombrement des pistes de décollage… nous arrivons enfin à Khajuraho vers 14 heures. Le pilote a annoncé une température de 32° C au sol ! Un aéroport flambant neuf accueille les voyageurs. La ville qui abrite des temples mondialement connus n’est en fait, à l’échelle de l’Inde, qu’un petit village : 20 000 habitants.
 

Nous sommes dans l’état du Madhya Pradesh et la vie s’écoule paisiblement.

Cette région fut gouvernée pendant 5 siècles par la dynastie des Chandela avant de s’effondrer devant les invasions mogholes. Pourquoi ces souverains ont-ils établi un tel ensemble de temple au milieu de la campagne, loin de tout centre de population ou de route de commerce ? Personne ne le sait. Mais cette localisation a permis la préservation intégrale de ce site qui n’a jamais été détruit ! Ces temples, construits entre 950 et 1050 de notre ère, ont été excavés de la jungle qui avait repris ses droits, après une découverte fortuite par un militaire anglais, TS Burt, en 1838.
 

Ce site figure au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1986. Il compte encore 22 grands temples, sur les 85 à l’origine. Cette fièvre de construction correspond à la résurgence de l'hindouisme à cette période. Elle correspond à l'apogée du style nagara, le style architectural sacré de l'Inde du Nord.
 

Ce style nagara est construit autour du sanctuaire de plan carré, qui devint cruciforme avec des transepts de chaque côté et une couverture en forme de pain de sucre, le sikhara.
 

La renommée de cet ensemble exceptionnel tient aussi à ses maithuna, scènes de couples d'amoureux, et à une multitude d'apsaras, êtres célestes ayant l'apparence de jolies femmes aux formes généreuses.
 

Devendra nous propose une immersion à notre guise dans ce premier site, le groupe de l’Ouest. Les explications seront pour demain et nous allons profiter de la belle lumière de cette après-midi pour plonger dans un livre d’histoire à ciel ouvert.
 

6 temples majeurs et 5 sanctuaires de taille plus réduite forment cet ensemble dit de « l’Ouest ». Petite illustration photographique…

Le petit temple de Parvati, en réalité dédié à Vishnu, devant l’ensemble de Vishvanath et Nadi

Le petit temple qui abrite une sculpture monumentale du taureau Nandi, transporteur du dieu Shiva

Nandi, le taureau sacré

Le temple de Vishvanath, dédié à Shiva

Pièce centrale du temple de Vishvanath, le lingam, symbole de Shiva

La face Ouest de Vishvanath

Le temple de Chitragupta, dédié à Surya, le dieu Soleil

En deuxième plan : Devi Jagadamba, dédié à Vishnou puis à Parvati. Au premier plan : Mahadeva

Devant le petit temple de Mahadeva, un Sardula, bête mythique du panthéon hindouiste

Les deux sikharas des temples Lakshmana et Matangesvara

Le temple majeur du site : Kandariya Mahadev

Une touriste chinoise s’initie aux postures acrobatiques du Kama Sutra

Les temples de Khajuraho sont célèbres pour leurs bas-reliefs érotiques

Le sikhara de Kandariya Mahadev mesure 31 m de hauteur

Le temple de Kandariya Mahadev compte 872 statues

L’ensemble du site baigne dans la sérénité

A gauche, le temple de Lakshmana. A droite celui de Matangesvara. Le drapeau triangulaire, qui trône sur son sikhara, indique qu’il est en activité

Le temple de Lakshmana est dédié à Vishnu

En face de Lakshmana, le temple qui abrite Varaha, troisième avatar de Vishnu

Le soleil éteint ses feux vers 17h, juste le temps d’aller profiter de la très belle piscine de notre nouveau camp de base.