Côte sud : Vik, Skogar, Seljalandfoss, île Vestmann - Grand tour d'Islande en 2 semaines

Nous débutons notre première journée de visite de la côte sud par la découverte du canyon de Fjadrarglujufur, en français le canyon (Gljúfur en islandais) de la rivière Fjaðrá qui prend sa source à une dizaine de kilomètres au nord. La rivière a creusé les roches tendres sur un peu plus d’un km. Les parois approchent les 100m de haut. Cette gorge verte est de toute beauté.

canyon de Fjadrarglujufur

canyon de Fjadrarglujufur

Après un arrêt à Vik, le village le plus méridional d’Islande, nous allons jusqu’à Reynisdrangur connu pour sa très touristique plage noire, ses orgues basaltiques et pics rocheux de Reynisdrangar (d’après la légende, des trolls capturés par le soleil).

La côte depuis Vik

La plage noire de Reynisdrangur

Orgues basaltiques

L’arrêt suivant est au cap Dyrholaey où l’on peut observer des macareux et sternes. Une petite balade nous mène jusqu’au phare au sommet de la falaise (120 m de haut), d’où nous avons une belle vue sur l’arche basaltique, petite presqu’ile battue par les flots.

Vue depuis le cap Dyrholaey

Arche depuis le cap

Un macareu 

Nous poursuivons ensuite jusqu’à Skogar connu pour la cascade de Skogafoss d’une largeur de 25m et qui tombe d’une falaise de 62 m de hauteur. Nous commençons par marcher au pied de ce rideau d’eau qui est très propice aux arcs en ciel, mais l’écume à tôt fait de nous tremper. Par un escalier, nous montons jusqu’au sommet de la cascade et poursuivons en amont de celle-ci ce qui nous permet de découvrir d’autres petites cascades.

Cascade de Skogafoss

Le sommet de la cascade

En amont de la cascade

Au loin la brume de la cascade

Skogar abrite également un écomusée intéressant qui  abrite une riche collection d’objets historiques (près de 6.000). On y trouve d’authentiques outils de pêche, des bateaux de pêcheurs, de nombreux objets utilisés dans les fermes. Il y a aussi une reconstitution de ferme en tourbe et une église, garnies d’objets historiques plus intéressants les uns que les autres. On trouve également une école de campagne type du début du XXème siècle.

Nous visitons également le musée du transport qui nous montre l’importance du cheval et des bateaux avant la construction des routes.
Notre dernière étape de la journée nous mène à la chute de Sejalandsfoss, une belle chute avec un sentier qui permet de passer derrière l’imposant rideau d’eau.

Chute de Sejalandsfoss

Derrière la Chute de Sejalandsfoss

Pour notre seconde journée sur la côte sud, nous traversons en ferry jusqu’à Heimaey, seule île habitée des îles Vestmann.

En 1973, en pleine nuit, une terrible explosion précéda l’ouverture d’une faille de 1,8km de long, laissant apparaître un nouveau cône volcanique qui déversa des torrents de lave. Heureusement, tous les bateaux de pêche étaient là et les 6000 habitants furent évacués de toute urgence.

Nous entreprenons par un chemin facile l’ascension de ce cône volcanique, nommé Mont Eldfell (la montagne de feu) qui domine de ses 221m la ville. Du sommet la vue sur la coulée de lave, qui a englouti une petite partie de la ville colorée, est impressionnante.

Ile Vestmann

Depuis le sommet du Mont Eldfell

Au sud-ouest, face à nous, se dresse un autre petit volcan, le Helgafell. Le vent étant aussi puissant que la vue est magnifique, nous ne nous attardons pas au sommet et redescendons à Heimaey.

Le Helgafell

Nous partons à l’autre bout de l’île pour une petite ascension qui nous permet d’observer de loin, une colonie de macareux. Résultat, il ne nous reste plus de temps pour visiter le musée qui retrace l’éruption de 1973. Le ferry retourne sur le continent à 16h et il n’est pas question de le rater.