Arlaneset et Baie de Hamilton

Aujourd'hui nous quittons la baie de Hornbaekpollen et entamons notre route du retour.

Arlanset Spitzberg

Nous nous arrêtons à Arlaneset, en quête d’un cimetière de morses, derniers vestiges du véritable massacre qu’ont subit ces animaux. Ils ont été chassés, jusqu’au dernier au Spitzberg, pour leur défenses, véritable ivoire de l’Arctique. Les morses ont petit à petit recolonisé (heureusement) le Spitzberg depuis la Terre François Joseph, archipel russe situé à l’est du Spitzberg.

Aujourd’hui à défaut de trouver des squelettes de morses, nous tombons nez à nez avec 4 petits phoques communs qui se reposent sur les cailloux à marée basse. Leur posture en forme de banane leur permet d'éviter la déperdition de chaleur. Cette posture digne des meilleurs yogis est typique de cette espèce.




Un peu plus loin, nous remarquons au grès de notre balade de grosses traces bien enfoncées dans la boue... Nous les suivons avec une excitation certaine. Ce sont des traces d’ours assez fraîches. Deux individus, probablement une mère et son petit sont passés par là. Les traces sont énormes et les griffes encore bien marquées. Une preuve que le seigneur de l’Arctique peut être partout à tout moment.
 

empreinte ours polaire Spitzberg


De retour sur le bateau, nous reprenons notre route vers la Baie de Hamilton. Des remous dans l’eau et des vols circulaires d’oiseaux au-dessus de la mer sont caractéristiques d’une activité animale sous-marine. Autrement dit : à table tout le monde ! Un groupe de lagénorynques à flancs blancs, sorte de dauphins, se nourrissent à l’entrée du Raudfjord, attirant entre autres, mouettes tridactyles, sternes arctiques, fulmars boréaux. Plus loin, quelques macareux moines semblent eux aussi trouver leur bonheur dans les profondeurs du fjord. Nous coupons le moteur de notre embarcation, les petits cétacés sont juste devant nous. 
 

Sterne ArcticBonne pêche ! Crédit photo Catherine Martin

Après une très belle observation de ces différents ballets marins et aériens, nous reprenons notre route. À peine arrivés, nous repérons une ourse et son petit qui doit avoir à peu près 2 ans. Nous sautons dans les zodiacs qui nous servirons une fois encore de poste d'observation. Le petit, curieux, s’approche au bord de l'eau puis se met à jouer avec une algue sous le regard attentif de sa mère... et des nôtres émerveillés ! Il décide ensuite de se mettre à l’eau et sa mère, peu motivée, est tout de même obligée de le suivre. Nous les suivons mais uniquement du regard pour ne pas les déranger. La femelle finit par porter son petit sur le dos pour traverser le fjord. Cette journée va rester dans les mémoires !


Crédit photo Catherine Martin