Un voyage au Japon révèlera, à ceux qui en doutaient encore, un pays magnifique aux antipodes de l’Occident. Contrastes et complexité seront manifestement au rendez-vous. Le choix de l’itinéraire comme d’un bon guide vous donneront les clés nécessaires à la compréhension de ce pays culturellement et naturellement hors norme... pour un voyage au Japon guidé et réussi !

Cet archipel de plus de 6800 îles compte pas loin de 127 millions d’habitants majoritairement réparties sur 4 îles principales que sont :

  • Hokkaido, la plus au Nord,

  • Honshu qui abrite les tentaculaires villes de Tokyo, Kyoto ou encore Osaka,

  • Shikoku, rurale et spirituelle,

  • Et Kyushu, la plus au Sud.

  • Ajoutons à ces 4 « grandes », l’archipel des Ryukyu avec les « petites » îles Okinawa et Yaeyama, les plus méridionales de l’archipel nippon.

La création d’un voyage est liée aux attraits d’une destination, aux coups de cœur lors de repérages et aux rencontres que la vie place sur nos chemins… Ce mélange nous amène à percer quelques mystères et à vouloir les  divulguer. Tirawa  a organisé son premier voyage au Japon en 2013. A l'époque, les idées nous étaient venues de Luciano Lepre, un fin connaisseur de la culture nippone. Ce dernier est devenu une des clefs de voûte de l’encadrement de nos itinéraires et il revient pour nous sur (presque) 40 ans de voyages au pays du soleil levant. Cette interview réalisée en septembre 2017 marque l’ouverture de nouveaux périples dans les îles du Sud du Japon et le renfort de nouveaux guides aussi passionnés, français ou japonais francophones.

Luciano Lepre

Première fois au Japon ?

" Je débarque au Japon en 1979. À l’époque c’est vraiment le bout du monde et les étrangers ne sont pas nombreux. Pour être honnête, cette entrée en territoire nippon, en plein boom économique, me laisse complétement K.O. Absolument tout est déroutant. Les valeurs, la culture, la langue, les gens, la nourriture… et en plus tout est cher, très cher. Je repars donc comme je suis venu, sans avoir rien compris de ce pays insulaire et de son peuple à la mentalité tribale. Je rentre en Suisse un peu frustré. Ce manque d’échange ne m’a pas permis de comprendre le mode de pensée japonais. Un jour peut-être, j’y retournerai. "

"Emporté par la foule... "

20 ans plus tard. Arrivée à Tokyo après 2 ans et 9 mois de voyage.

" Nous décidons, avec ma compagne, de changer d’approche et d’entreprendre un nouveau voyage au Japon. Nous nous y rendons à vélo. Deux ans et neuf mois plus tard, en 1999, nous voici à Tokyo après un périple incroyablement enrichissant à travers l’Europe puis l’Asie.

Nous cherchons d’abord à nous loger, à nous reposer. Les impressions ressenties 20 ans auparavant, à savoir un pays cher et déroutant, se font à nouveau ressentir… Cette mégalopole bouillonne et nous absorbe petit à petit. Les idéogrammes japonais nous entourent, nous oppressent.

Tokyo

Soudain, là, devant nous, une plaque d’immeuble nous semble familière et accueillante. C’est fou mais « PLAZA INTERNATIONAL » sonne alors comme une possible délivrance. Nous entrons sous le regard stupéfait et interrogatif de dizaines de Japonais. On nous met à l’aise, on nous installe confortablement et la discussion s’engage en anglais… Tous écoutent avec le plus grand intérêt l’histoire de notre folle aventure débutée presque trois ans plus tôt et qui nous a conduit jusqu’ici. Je suis aussi photographe, nous montrons quelques clichés pris sur notre route. Nous expliquons notre périple, nos rencontres et ce qui nous motive ; rester le plus longtemps possible au Japon et le parcourir dans un seul but : comprendre, observer de l’intérieur et non pas depuis la fenêtre d’un hôtel.

Nous attirons la sympathie comme la curiosité et rencontrons un journaliste. Un article dans la presse du lendemain et nous voici avec 26 propositions d’hébergements ! Nous saisissons notre chance et en retenons 3. Nous verrons bien le Japon de l’intérieur cette fois.

Nous recevons également des sollicitations d’universités qui nous pressent de raconter notre périple, images à l’appui. Nous nous exécutons avec plaisir, gagnant petit à petit la confiance des Japonais, nous dînons à leur table, nous dormons chez eux, nous échangeons, nous apprécions. Après 6 mois au Japon, nous rentrons en Europe avec une seule idée en tête : y retourner. Ce que nous ferons moins d’un an plus tard avec un nouveau séjour de 6 mois dans l’archipel. C’était en 2000 et le début d’une histoire d’amour qui dure toujours et qui m’a permis de publier de nombreux ouvrages sur ce pays et d’accompagner un nombre certain de voyageurs francophones. "


Pourquoi le Japon est-il fascinant ?

" Il faut savoir que par sa position géographique et son insularité, il n’a jamais été envahi. Il a donc conservé une culture et des valeurs millénaires. Et c’est bien cela qui est fascinant avec le Japon.

Traditions et modernité...

 

C’est à la fois un pays moderne et connecté mais, contrairement à ce qu’on peut observer dans les pays occidentaux, le Japon ne perd pas pour autant ses valeurs chevaleresques (héritées des samouraï ).
Ainsi, l’harmonie, la cohésion, l’équilibre, la justice, la pureté, le courage, le respect, la droiture, l’honnêteté et la loyauté sont des fondements de la société japonaise.

 

Cela est à la fois formidable et déroutant car cela implique que nous évoluons dans un pays où le visiteur est un hôte de marque. On cherche à ce que vous passiez le meilleur moment possible. On vous sourit, on vous montre du respect à la caisse d’un supermarché, dans les transports en commun, au restaurant, dans un onsen (bain traditionnel japonais)….

Tel est l’idéal japonais, chacun à une mission à effectuer du mieux qu’il peut, pour le bien de tous et sans hypocrisie. Incroyable, non ?

Dans la même veine, le Japon est aussi le seul pays que je connaisse dans lequel, si je perds mon portefeuille je suis quasi sûr à 100% de le retrouver entier. Évidemment, je n’idéalise pas le Japon et sa culture car en tant qu’étrangers nous ne sommes pas soumis aux mêmes rythmes, ni aux mêmes pressions que les Japonais. "

 

Qu’appréciez-vous au Japon ?

" J’apprécie évidemment les valeurs évoquées et les choses plus culturelles et tangibles qui y sont liées. La nourriture par exemple. Là aussi c’est une question d’harmonie et de pureté. Pour moi c’est la cuisine la plus raffinée au monde. L’élégance, la finesse se ressentent de l’assiette au palais, de la présentation aux goûts qui s’imposent en bouche. On appelle cet art kaiseki. Il faut être curieux, ouvert d’esprit et prêt à découvrir des saveurs nouvelles. Il arrivera par exemple qu’on mange du riz, des algues et du poisson au petit-déjeuner… amateur de viennoiseries et de café noir, passez votre chemin ou choisissez un autre tour opérateur.

 

En France on ensauce, là-bas on exhale. Un voyage au Japon est aussi un voyage culinaire et je me fais une joie que les voyageurs expérimentent des ryokan authentiques et fréquentés par des japonais.


Dans ces lieux d’exception, on respecte le protocole. On se présente propre, détendu et vêtu de son yukata (kimono de coton) pour nourrir son corps avec des produits sains.  

 

La pureté, sans doute lié au Shintoïsme est quelque chose d’important. Ainsi, on ne passe pas une journée sans prendre un bain au Japon que ça soit dans des bains publics ou à la maison. Ce pays compte environ 200 volcans dont 60 actifs. Les Japonais tirent les bénéfices de cette activité volcanique et géothermique, grâce aux sources chaudes notamment. Le bien-être et la relaxation qu’ils procurent sont très importants. On se lave le corps et par conséquent l’esprit. Il existe un proverbe qui dit que « les bains japonais soignent tous les maux sauf les chagrins d’amour ».

Là encore, quel plaisir de se rendre dans des onsen typiques. Le voyageur va adorer cette expérience hors du temps... une fois la surprise passée parce qu'il faut se baigner nu… "

Onsen

Quand partir au Japon ?

Si vous ne deviez faire qu’un seul voyage, c’est généralement le cas pour 90 % des voyageurs, je vous conseillerais de le faire à une période donnée ou lors de célébrations particulières. En effet cela permet d’approfondir vraiment la culture japonaise en observant la population lors d’évènements importants.

 

Évidemment lorsqu’on a l’occasion d’aller au Japon on reste généralement sur l’île de Honshu pour découvrir les classiques Trésors du Japon. Tokyo la grisante, Kyoto la culturelle et ses temples shintoïstes, Kamakura et son Bouddha, Nara, le Mont Fuji, Osaka, Takayama et ses maisons de bois, le Mont Koya et ses 120 temples etc….


bref, il y a déjà de quoi voir et de quoi être dépaysé pour un voyage à l’automne ou au printemps.  

Fushimi Inari avec ses milliers de toriis et Pavillon d'or - Kyoto

À choisir je conseillerais le printemps au Japon. C’est une période réputée pour la floraison des cerisiers qu’on nomme sakura. Les japonais se retrouvent en famille ou entre amis dans les parcs pour fêter la venue des beaux jours et admirer les fleurs de ces arbres sacrés. Il existe un calendrier très précis qui regroupe les jours de floraisons selon les latitudes japonaises. Ce dernier s'affiche même actualisé sur les écrans des métros de plusieurs villes... Ici on a la météo des plages ou des neiges, là-bas de la floraison des cerisiers.

Une tradition vieille de plusieurs siècles, elle aurait débutée lors de la période Nara (autour de 750). Instants aussi festifs qu’esthétiques en perspective.

Mont Fuji et Sakura

L’hiver a indéniablement des charmes qui rendront votre voyage atypique. En plus des classiques, on participe au festival de la neige à Sapporo sur l’île du nord : Hokkaido. Des sculptures de neige et de glace réalisées par des artistes et des amateurs éclairés sont gigantesques et habillée de lumières à la tombée de la nuit. Instants féériques, on retombe presque en enfance. Ce voyage vous conduit également dans une partie méconnue au nord de l’île de Honshu pour découvrir une station thermale pittoresque. En plus, assister au bain des macaques dans les sources chaudes des Alpes japonaises, voir le Pavillon d’or de Kyoto ou la nécropole sacrée d’Okuno-in à Koya San sous la neige valent 1000 fois le coup d’œil.

 

La vie des Japonais est rythmée par des traditions fortes, des festivals et des pèlerinages.
Si vous choisissez de partir l’été, accompagnez les pèlerins lors de l’ascension de l’emblématique Mont Fuji ou sur les sentiers du Gas-san (une des 3 montagnes sacrées). Assister à l’entrainement d’une école de sumo pour comprendre les rituels de ces lutteurs aux gabarits hors-norme n’est pas mal non plus. Sentir la ferveur populaire lors de la fête de Kanto Matsuri dans la ville côtière d’Akita n’est pas moins incroyable.


Ce rassemblement est supposé assurer des récoltes abondantes. Les hommes y rivalisent de forces en faisant danser d’immenses tiges de bois auxquelles sont accrochés des dizaines de kilos de lanternes de papier. Ces temps forts sont autant de chances d’échanger avec des Japonais et de décoder leur culture.

 

J’ouvre une parenthèse sportive pour dire qu’il y a de très beaux spots pour effectuer des randonnées au Japon. Hors des sentiers battus on atteint lacs de cratères, fumerolles impressionnantes, hameaux bucoliques aux maisons de bois, forêts de cèdres ou de bambous séculaires. Fermer la parenthèse.

 

En tant que grand connaisseur du Japon, quels sont vos lieux préférés ?

Ils sont nombreux ! Les îles de Honshu ou Hokkaido, selon les périodes ou les évènements qui s’y déroulent sont à voir mais mes préférences vont sans aucun doute aux îles du sud : Shikoku, Kyushu et Okinawa ! Non seulement elles sont restées authentiques et peu fréquentées par les étrangers mais chacune a ses singularités.

A Kyushu par exemple, la chaleur ne se trouve pas que dans les volcans… les japonais ne sont pas très expansifs comme je l’expliquais plus haut, l’harmonie de la communauté passe avant celle de l’individu, mais les populations du sud sont très hospitalières, pleines d’attitudes touchantes et de sympathie.


En plus Kyushu est le paradis des onsen. Le volcan Aso est le plus actif du Japon et il n’est pas le seul sur cette île… La bonne nouvelle c’est que cette dernière bénéficie d’une géothermie bienfaitrice idéale pour l’amateur de bains japonais que je suis. Je vous conseille une autre expérience « bien-être » un peu plus insolite : se faire enterrer le corps dans du sable volcanique chaud.

Enveloppant, relaxant, étonnant !  

Le climat subtropical de Kyushu est bien agréable et les possibilités de randonnées ou de treks sont nombreuses. Sa petite sœur Yakushima vaut elle aussi le détour. D’ailleurs elle est classée au patrimoine mondial par l’UNESCO pour sa nature exceptionnelle. Des chemins de randonnée évoluent entre montagnes escarpées couverte de végétation luxuriante, forêts de cèdres millénaires, sous-bois moussus abritant espèces de singes et de cerfs endémiques. Pas étonnant que ce petit écrin de nature ait inspiré le cinéaste Hayao Miyazaki pour son film d’animation Princesse Mononoké.

 

L’île de Shikoku me plait aussi beaucoup, sans doute grâce aux rencontres lumineuses qu’on y fait. Cette île est réputée dans tout le Japon car elle abrite « le chemin de la sagesse ». Il s’agit d’un pèlerinage circulaire de près de 1300 kilomètres qui chemine par 88 temples bouddhistes. Cette circonvolution s’effectue normalement à pied et dure entre 1 et 3 mois. Évidemment il y a autant de quêtes que d’individus et parfois le chemin peut être plus long… Un jour je croise ce « petit bonhomme » de 75 ans à l’air espiègle avec lequel j’échange un peu. Il me raconte qu’il vient du Nord, qu’il a une épouse et un garçon et qu’il entame… son 27 ème tour ! Je lui demande quand il compte s’arrêter ?! Il me répond en souriant que lorsqu’il aura toutes les réponses il s’arrêtera mais que sans cesse arrivent de nouvelles questions… inoubliable.


Aujourd’hui, la plupart des pèlerins ne font pas le tour complet. Ils se concentrent sur les principaux temples qu’ils rejoignent à pied, en vélo ou en mini-bus. Les rencontres n’en restent pas moins sympas et se plonger dans cette solennité ou cette spiritualité n’est pas pour me déplaire.

 

Changement de décor, partons sous les tropiques ! Okinawa est un groupe d’îles et d’îlets à l’extrême Sud du Japon qui font partie, avec les îles Yaeyama, de l’archipel des Ryukyu. Surtout connus pour avoir été le théâtre d’affrontement durant la seconde guerre mondiale (surtout sur l’île principale), c’est aussi un autre Japon.

 

En effet, la culture, le folklore, la musique, la gastronomie, le dialecte et la population de cet archipel sont bien différents de ce que l’on connait plus au Nord. Sans doute les vagues de peuplement malais ou taiwanais expliquent ce métissage et cette diversité. Loin des foules, dans des ambiances de plages de sable blanc bordées par des eaux cristallines, des mangroves et parfois par la plus grande barrière de corail du Japon, comment ne pas apprécier les petits paradis que sont Ishigaki-jima ou Iriomote ?   


  

 

Pourquoi partir au Japon avec Tirawa?  

" Tirawa propose des itinéraires de voyages guidés depuis 2013 et est aujourd'hui en mesure de proposer des voyages vraiment originaux et différents des autres ! Pour ma part, je ne veux pas accompagner un voyageur d’un point A à un point B, lui permettre de faire sa photo et poursuivre l'itinéraire jusqu'au prochain cliché sans dépasser la carte postale... J’ai bien aimé l’approche de Tirawa depuis le départ. La façon de peaufiner les itinéraires, de les enrichir après un ou plusieurs voyages de repérage et d’y ajouter la « touche » que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Ces voyages sont vraiment exceptionnels, à l’image de ce Japon que j’affectionne. Comme je ne peux pas me dédoubler, je suis aussi ravi que Julien ait réussi à trouver des guides japonaises francophones très compétentes parce que ce n'était pas gagné ! Nous ferons partager chaque temps fort comme un véritable sésame pour comprendre le Japon, cet étonnant mélange qui finit toujours par séduire le voyageur. "