25 Juillet. En route pour les Tsodilo Hills, Botswana - Voyage en Afrique Australe : Du Cap de Bonne Espérance aux Chutes Victoria

Aujourd'hui, Isabelle nous raconte la journée... Après une nuit bercée par le chant des hippopotames, départ pour le Botswana. Après les formalités d'usage et une brève incursion dans la civilisation, nous quittons la route bitumée pour une piste de plus en plus défoncée, qui nous mène vers le " bout du monde "... les Tsodilo Hills. Classées au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 2001, les Tsodilo Hills sont des collines que l'on dirait finement aquarellées de reflets roses, bleus, faunes, sur lesquelles les tribus San et Bantou ont laissé libre cours à leur créativité : animaux magnifiquement dessinés en rouge ou en blanc (selon les matériaux utilisés... urine, miel, oeuf d'autruche, gras d'animaux etc...). Peintures San, vieilles de 3 000 ans Rhinocéros Toute la faune locale est représentée : éléphants, girafes, tortues, élans, hippos, aigles... mais aussi des baleines et des pingouins, preuve que les San se déplaçaient sur des milliers de kilomètres. Symbole San et représentation d'une tortue Les Tsodilo Hills sont aussi un haut lieu de spiritualité du Botswana, ancré dans une ancienne légende, où les collines seraient nées de l'explosion d'une famille. Chaque colline représente un membre de cette famille éclatée, ici la mère, là le père et un peu plus loin les deux enfants. Les dieux y auraient même trouvé refuge et fait jaillir sur le dos de la mère une source miraculeuse ! Baobab devant le rocher représentant la mère Les Tsodilo Hills comptent aussi des espèces d'arbres très spécifiques que nous avons admirés en escaladant la mère : des Magongo, arbres dont la noix est très riche en protéine ; des Sengaparile Schrub dont les fruits combattent l'hypertension. Gilles sur le ventre de la mère et devant un spécimen de Magongo Roselyne et Jacques, déguisés en explorateurs modernes