26 et 27 Juillet. Maun et le Delta de l'Okavango - Voyage en Afrique Australe : Du Cap de Bonne Espérance aux Chutes Victoria

Le 26 juillet fut une journée de transfert, des Tsondilo Hills jusqu'à Maun. Ilona nous raconte cette journée. Réveil très difficile ce matin. Pendant la nuit nous avons eu le plaisir d'entendre une conversation et une bataille de chiens. Histoire de couronner le tout, nous avons eu droit à un vent terrifiant ! La matinée commence par un grand transfert vers Maun et nous pensons alors pouvoir finir notre nuit ... où plutôt la commencer ! Le trajet était long, souvent mouvementé à cause des trous sur la route. A croire que ceux qui ont mis du goudron se sont amusés à ne pas la faire plane. Puis nous sommes arrivés au camp. Le camp n'était pas terrible, plein de sable partout. Christian, notre sauveur, s'est arrangé pour nous avoir des petits bungalows avec des LITS ! C'était super, enfin des lits avant de partir pour le prochain safari où cette fois nous n'aurons ni douches ni rien du tout ! Après s'être installés, Matt nous a concoctés un bon déjeuner. Puis nous sommes partis pour la " ville " pour que Matt fasse le plein de victuailles pour le prochain safari. Avec Christian nous sommes allés prendre un verre dans un hôtel sympathique. Puis nous sommes retournés au camp pour profiter d'une dernière douche avant de savourer la pleine nature entourée de la vie sauvage. Le 27 juillet, direction le delta de l'Okavango où nous allons passer la prochaine nuit. Cette fois c'est Eliott, 13 ans qui nous raconte sa journée. Après un réveil glacial, nous divisons nos sacs en deux, une partie de nos affaires reste dans le camion pendant les cinq prochains jours et nous gardons le reste avec nous. Après le petit déjeuner, nous partons dans un camion " ouvert " qui nous conduit au lieu de départ des mokoros. Déchargement du camion à La chef des Pula consulte son grand livre pour l'attribution du travail Ilona et Hugo sont les premiers à partir Nous embarquons rapidement, lorsque les charges pour chaque barque, que l'on appelle ici " mokoro ", sont faites. Glisser au raz des eaux du delta c'est sensationnel... La troupe s'ébranle dans le delta de l'Okavango Mokoro dans un canal de l'Okavango Nous voguons à travers les hautes herbes jusqu'au campement. Au passage nous faisons un stop dans une île habitée par des pêcheurs. Christian achète même une dizaine de poissons fraîchement pêchés pour notre déjeuner. Sur l'île des pêcheurs L'île des pêcheurs Le campement est rapidement installé et en attendant le déjeuner, Hugo, Gilles et moi-même nous prenons des cours pour manier ces fameux mokoros...   Camp sur une île dans le delta Hugo, chef L'un des membres de notre équipe a repéré un troupeau de zèbres non loin de notre camp. Nous partons à la recherche de ces animaux à pied ... ce qui est fondamentalement différent d'une approche en voiture. Les animaux sont beaucoup plus craintifs ... Zèbres à proximité du campement Vers 15h30 nous partons tous avec les mokoros, direction la grande île où nous devons marcher. En chemin nous croisons des hippopotames... l'animal le plus dangereux d'Afrique. Ils chargent plusieurs fois  et nous font bien peur... Mokoriste et ses deux passagers Balade dans les canaux, à la recherche des hippos et des éléphants Deux hippos nous barrent la route Enfin nous posons pied à terre sur une autre île. Un grand troupeau d'éléphants est en train de paître dans des bosquets. Notre guide nous indique que la distance de sécurité avec un troupeau où il y a des éléphanteaux (et c'est le cas !) est de 100 mètres. Nous les approcherons cependant à moins de 50 mètres jusqu'au moment où une femelle nous fait comprendre qu'il vaut mieux faire demi tour ! Approche d'un troupeau d'éléphants à pied Nous reprenons les mokoros et accostons sur un autre rivage où les guides nous expliquent la faune et la flore du delta. Nous rentrons au campement au coucher du soleil, et avons encore à faire avec des hippos et aussi trois éléphants en furie qui traversent un grand canal entre deux îles. Au coucher du soleil Ce soir, un bon poulet au curry nous attend. Notre équipe locale nous fera ensuite un petit spectacle avec des chants traditionnels. Soirée autour du feu