28 août : cap sur la Baie des Russes - Voyage : Grande Traversée de Madagascar

Hier soir nous nous sommes aventurés dans la mangrove ... mais la nuit nous a rattrapé ! Avec cinq autres volontaires, qu'un lever à l'aube n'a pas effrayés, nous sommes repartis dans cet univers très particulier. Dans le silence total, avant que le soleil ne vienne toucher la cime des arbres, nous découvrons les racines de palétuvier enchevêtrées à l'infini. Racines de palétuviers Racines de palétuviers Après une demi-heure de marche nous sommes arrivés dans une grande clairière où les premiers rayons du soleil ont illuminé la forêt d'arbres du voyageur. Les oiseaux ont alors entamé leurs mélodies, un chant répondant à un autre. Nous avons découvert une espèce endémique aux mangroves : le cougal, connu ici sous le nom de toulou-toulou. La forêt d'arbres du voyageur La forêt d'arbres du voyageur La forêt d'arbres du voyageur La forêt d'arbres du voyageur Un toulou-toulou Un toulou-toulou Baie de Baramamay Baie de Baramamay De retour à notre bateau, nous mettons le cap sur l'un des must de la région : Nosy Iranja. Deux îles sont reliées par un banc de sable, qui disparaît à marée haute. Sur l'une des îles, un phare indiquait autrefois la route aux navires. Nous sentons que la tranquillité totale dont nous jouissions jusqu'alors ... va bientôt prendre fin. Nosy Be n'est qu'à trois heures de vedette rapide ... et dans la journée quelques dizaines d'italiens à la Aldo Maccione arpentent la grande plage de sable d'une blancheur immaculée. Cela reste un spot absolument unique, et il est connu des photographes de mode comme arrière-plan pour les collections de maillots de bain et autres vêtements de grands couturiers. Débarquement sur Nosy Iranja Débarquement sur Nosy Iranja Le phare de Nosy Iranja Le phare de Nosy Iranja 28 août-8 Notre bateau vu depuis le sommet du phare Les couleurs saturent sous un soleil sans voile. Les couleurs saturent sous un soleil sans voile La température de l'eau frôle les 30°... La fin de notre périple approche ... et nous poursuivons, cap au Nord. Après quelques heures d'une navigation fort plaisante avec un bon vent arrière et un repas quasi gastronomique à base de crabes de mangrove (... c'est nettement meilleur que de la langouste !), nous jetons l'ancre dans la Baie des Russes. C'est un autre refuge le long de la côte Ouest, en cas de mauvais temps. Ce soir, dernier bivouac sur la plage. Tout le monde se met sur son 31 (short propre...) pour la soirée du capitaine ! Bivouac dans la Baie des Russes Bivouac dans la Baie des Russes