Puya Raimondi

Le programme disait… visite du site précolombien de Chavin. Mais après la région de Cuzco, aller voir des vieilles pierres, même si elles sont chargées de mythes et d’histoire… ne semblait pas assez motivant ! Donc on a modifié le programme !

Avant notre départ, photo de groupe devant notre très sympathique hôtel, Andino Club Hotel

Direction le nord de la vallée et la ville de Carhuaz. Aujourd’hui, mercredi, c’est le jour de marché. La ville vibre d’une activité intense depuis 4h du matin !

Sur la plaza de Armas, défilé d’écoles

Echange de soles au-dessus d’une tête de cochon rôtie

Beaucoup d’étals de fruits et légumes. Le troc entre produits est encore fréquent sur ces marchés

Les Péruviennes sont très fières de leurs chapeaux !

Le marché de Carhuaz n’est absolument pas un marché pour touristes !

Le choc des générations…

Deuxième point fort de cette journée, les hauteurs de la Cordillère Noire, au-dessus de Caraz, afin d’aller admirer les Puya Raimondi, des broméliacées très particulières qui peuvent vivre plus de 100 ans et qui ne fleurissent que dans leurs dernières années de vie ! Un spectacle étonnant dans un univers de verticalité où les habitants sont véritablement accrochés à la pente !

Silhouettes de Puya Raimondi dans la brume

Les Puya Raimondi poussent entre 4000 et 4500 mètres d’altitude

Des villages totalement perdus et isolés vivent en autarcie dans des pentes qui approchent les 40 degrés

Ces plantes ne poussent que dans de rares endroits au Pérou

Coussins de Belles-Mères

Une plante jeune et une autre qui est en train de mourir

Le troisième volet de cette journée se trouve dans la contemplation de la Cordillère Blanche depuis la Noire ! Mais aujourd’hui changement de Lune. Le temps sera perturbé pendant au moins trois jours !

La Cordillère Blanche joue à cache-cache avec nous

Villages et cultures de la Cordillère Noire

Kaléidoscope andin

En fin de journée, nous montons à un belvédère d’où la vue est unique… Elle le sera… mais pour nous montrer les nuages qu’elle sait fabriquer

Coucher de soleil … sans vue

Juste un petit bout du Huascaran

Les pensées du jour de Jean Marc Porte…

Une journée de transition Low Key entre deux treks. Modulation nette de rythme et changement de programme : le vent d’est, venu de l’Amazonie, roule depuis hier ses nuages sur la cordillère. Bascule de lune et fin d’une série ahurissante de pures journées de ciel parfait ? Plutôt que d’ajouter des heures de bus en aller-retour vers de site précolombien de Chavin, nous avons choisi d’emprunter les pistes et les cols au nord de Carhuaz, pour prendre un peu de champ. La cordillère noire comme balcon sublime sur la Cordillère blanche ? Les passages de nuages, à plus de 4000, ne nous ont pas donné le meilleur de cette promesse. En échange, les brumes ont dessiné pour nous des tableaux bien plus intimes. Villages minuscules, accrochés aux pentes. Silhouettes énigmatiques des Puya Raimondi, véritables cierges accrochés aux pentes. La promesse même du coucher de soleil sur le Huascaran et le Huandoy a échangé les flamboyances attendues contre le jeu subtil du gris des nuages sur les arêtes et les faces. Le must de cette journée ? Le grand marché de Carhuaz, peut être l’un des plus « andin » de toute la Cordillère. Un plein de sourires et de vie simple, avant de reprendre demain le chemin de mondes bien moins habités…