Dernier jour dans l'Altiplano, Atacama et retour à la civilisation

De la frontière chilienne nous prenons la direction de San Pedro de Atacama, où nous sommes ravis de retrouver un hôtel avec des douches et de l'eau chaude. Evidemment, avec les énormes quantités de poussière partout, je n'ai plus de vêtements propres depuis bien longtemps.

St Pedro de Atacama

Le lendemain matin, Filipe nous emmène dans la Vallée de la Lune, où, dans un cadre vraiment semblable à la surface de la lune, nous descendons le lit asséché d’une rivière qui est la seule sortie d'eau lors des rares pluies dans la région.

Ceci est devenu un canyon fascinant d'une douzaine de kilomètres de longueur, qui nous a mené à travers des tunnels et des virages étroits où nous ne savions jamais à quoi nous attendre. Dans une section, il semblait que nous devions traverser une centaine de mètres de glace. Cela était vraiment surprenant car la température était d'au moins 25°C... Bien sûr, à mesure que nous approchions, nous avons découvert que la «glace» était evidemment du sel. 


Plus tard, nous nous retrouvons immergés dans d'immenses dunes de sable. L'après-midi nous descendons la Vallée de la Mort. Le panorama sur ces formations rocheuses est spectaculaire avec, en toile de fond, les volcans. 

Parce que la région près de San Pedro est à la fois haute et sèche, c'est un endroit parfait pour construire des télescopes astronomiques et l'Atacama Large Millimètre Array (ALMA) est à seulement 50 km à l'est.

Heureusement, bien que l'ALMA ne soit pas ouvert aux visiteurs, un certain nombre de télescopes ont été installés au SPACEOBS non loin de San Pedro, et ceux-ci peuvent être visités la plupart des nuits sauf près de la pleine lune. Nous voilà donc partis sur un "Star Tour" qui débute vers 22h30. Nous avons pu regarder à travers plusieurs grands télescopes... Saturne et ses anneaux, une lune jovienne disparaissant derrière Jupiter etc.. Vraiment fascinant, mais quand nous sommes arrivés à une heure du matin à l'hotel, nous avons réalisé combien la journée fut longue et combien la nuit sera courte ! 

Pour notre dernier jour sur l'Altiplano nous partons pour Tatio, où nous arrivons avant l'aube. Nous sommes à 4300 mètres et il fait -10°C. Moment irréel, nous sommes au coeur du troisième plus grand champ de geysers du monde, couvrant une dizaine de kilomètres carrés. 

Geyser Tatio

Nous avons passé plusieurs heures à explorer les geysers, dont l'un tirait régulièrement une colonne d'eau bouillante à six mètres au dessus du sol.

Tatio Geysers


Il est maintenant temps de prendre la route de Calama avec plusieurs halte dans de petits villages pittoresques. Nous avons le regret de quitter Filipe à l’aéroport. Nous retournons à Santiago du Chili où nous arrivons assez tard mais heureux de retrouver Carla qui nous conduit à notre hôtel. 

Pour notre dernier jour au Chili, Carla nous guide dans la ville de Valparaiso où nous visitons la maison de Neruda, maintenant transformée en musée en l'honneur du grand poète. Nous apprécions également le « Street art » et les graffitis qui couvrent chaque centimètre carré de la ville construite sur les collines. 

Valparaiso

Musée Neruda Valparaiso

Valparaison fresuqe

Le jour du départ j'ai la chance d'avoir un siège côté fenêtre et peux ainsi observer notre avion voler à travers les Andes. Quelle chance!

Les andes

Ce récit de mon voyage au Chili - Bolivie est composé d'extraits traduits d'un résumé de 33 pages que j'ai écrit (en anglais) à mon retour. Nous avons parcouru plusieurs milliers de kilomètres sur des terrains difficiles qui se situaient principalement à plus que 4000 mètres d'altitude. Certains diraient une expédition plutôt que des vacances... Cependant, il y a de nombreuses années que je n'avais pas vu autant de sites spectaculaires en un seul voyage, avec peu de chance de les revoir à l'avenir : il fallait le faire !

 Je remercie donc nos guides et chauffeurs : Carla, Filipe, Manuel, Edgar, mes trois compagnons de route et, évidemment, Tirawa pour l'excellente organisation.

David M.