Le volcan Masaya et la petite île el Roble - Voyage au Nicaragua

Le lendemain, partons pour le volcan Masaya. Un volcan très actif qui dégage une abondante fumée que le vent emporte de l'autre côté, heureusement. Nous montons jusqu'au belvédère situé à 640 m. La fumée empêche de voir le fond du cratère et une bonne odeur de dioxyde de soufre pique un peu le nez. NIC-2015-03420 NIC-2015-03470 Le lendemain matin, petit déjeuner royal en regardant les pêcheurs locaux lancer leurs épervier sur le lac ; puis nous reprenons la lancha jusqu'à Granada. Heureux de retrouver notre chauffeur, Antonio ; car, Gerardo, qui l'avait remplacé, n'était pas plus sympa que bon conducteur ... Un petit tour à la poste de Granada pour acheter des cartes postales et des timbres. Une comédie ces timbres ! Il faut en mettre pour 15 C$ ; mais, comme chacun ne fait que 3 C$, il faut en coller cinq ! Les locaux les superposent en ne laissant dépasser que la valeur faciale ; mais, comme ils sont jolis, nous préférons les juxtaposer ... comme ils sont d'assez grande taille, inutile de dire que le résultat correspond quasiment à en tapisser tout le haut de la carte postale ! Ces timbres représentent des portraits des joueurs de leur équipe nationale de foot ... Une pensée saugrenue me vient : plaise à dieu que nous n'ayons jamais à lécher la face postérieure de Ribéry ou d'Anelka !

[1] Nom qui, en espagnol, signifie chêne. Au Nicaragua, c'est aussi le nom d'un arbre, mais pas le même qu'en Europe.