Festival à Tashigang - Voyage au Bhoutan : festivals bhoutanais

Nous descendons vers le dzong pour assister à une journée de festival, l'événement le plus important dans l'année religieuse d'un monastère au Bhoutan. A Tashigang, il s'agit d'un tsechu, c'est-à-dire d'un rituel donné en l'honneur de Guru Rinpoche qui introduisit le bouddhisme au Tibet et au Bhoutan au VIIIe siècle. La communauté monastique est très importante et les danses exécutées à Paro sont d'une grande qualité. Un public nombreux assiste régulièrement au tsechu de Tashigang. Ils sont parfois venu de loin pour assister au festival tout le monde a trouvé une place Les masques sont magnifiques Pendant les différentes journées du festival, le public peut assister à des danses masquées au caractère magique (danse des Chapeaux Noirs), historique (danse des Quatre Cerfs, danse des Tambours de Dramitsé) ou didactique (danse du Jugement des Morts)... Pour l'occasion, les moines ont revêtu de somptueux costumes de brocarts et portent sur le visage des masques d'animaux ou de divinités terribles appartenant au panthéon bouddhique.                           Seconde journée de festival avec ses danses masquées qui s'enchaînent dans un délire de couleurs et de sons. Le public bhoutanais arrive en masse, parfois des plus lointains villages (agoraphobe s'abstenir - pas un cm² au sol n'est disponible !!); hommes et femmes ont revêtu leurs plus beaux atours pour ce festival qui est aussi l'occasion de rencontres, d'arrangements de mariages, de négociations ou de ventes diverses. Le Dzong de Tashigang plus un seul cm² de libre Dans l'après-midi, nous quittons Tashigang pour rejoindre la ville frontière de Sandrup Jongkhar. Pendant notre descente nous apercevons l'immense plaine indienne et nous comprenons mieux la facilité qu'on eu jusqu'à présent les Bhoutanais à se protéger derrières cette forteresse naturelle. Nous reprenons la route vers la frontière indienne Nous quittons la forteresse Bhoutanaise