Autour de Kampot - Voyage au Cambodge : Balade chez les Khmers

Nous quittons Sihanoukville vers 8h. Il n'y a que deux heures de route pour la ville de Kampot, petite ville endormie située au bord d'une grosse rivière. Nous logeons dans un petit hôtel qui est une vraie perle : les Manguiers. Dans un immense parc arboré, des petits bungalows confortables accueillent le voyageur de passage. A peine avons-nous déposé nos bagages qu'un bateau nous attend. Nous remontons la rivière Kampong Bay sur environ quatre kilomètres, en tirant derrière nous deux canoës. Dans un coude de cette rivière nous accostons et montons à bord des canoës. Comme nous n'en avons jamais fait, les premiers mètres sont un peu folkloriques, on se mélange les pinceaux, pardon les pagaies, et cette satanée embarcation semble ignorer la ligne droite. Mais rapidement on trouve un rythme et nous arrivons à rattraper notre guide local qui a pris le pilote du bateau comme co-équipier. Grâce à nos frêles embarcations, nous pouvons remonter dans des canaux étroits bordés d'une végétation typique qui forme souvent une arche au dessus de nos têtes. Localement les autochtones appellent cela la " cathédrale verte ". Pendant presqu'une heure nous naviguons dans ce labyrinthe mi végétal et mi aquatique. De retour au vaisseau amiral, nous rentrons vers les Manguiers. Des petites terrasses en équilibre au dessus des flots servent de salle à manger. Une douce brise rafraîchi l'atmosphère et le repas, comme le service, est excellent. Dans l'après midi, petit tour en VTT dans la campagne environnante. Dommage que les vélos qu'ils mettent à disposition soient en mauvais état ... cela rend la balade fatigante ! La douceur de la soirée nous rappelle qu'il ne nous reste plus beaucoup de jours au Cambodge. Le froid des Alpes va bientôt nous rattraper !  Hier, j'ai évoqué certaines superstitions locales. Aujourd'hui, toujours avec l'aide du professeur Smey, quelques autres histoires (qui n'engagent que lui d'ailleurs)...  De la bonne éducation d'une Cambodgienne. La fille idéale, celle qui sait tout faire dans la maison en accord avec les traditions s'appelle " srei krop leak ", fille dotée de marques favorables. Ainsi les qualités de cette femme parfaite seront principalement : - la patience - la fidélité - le respect du mari, elle tolérera même des égarements, à condition qu'il n'y ai pas de régulière.   Elle devra éviter de dire et de faire quelque chose qui puisse lui occasionner de la peine ! - la capacité de s'occuper de son intérieur et des enfants. Inutile de dire que l'espèce est en voie de disparition ... De façon plus générale et en théorie, les filles ne doivent pas faire trop de bruit en lavant la vaisselle, en marchant, en parlant. Elles ne doivent pas rire trop fort. Elles éviteront de montrer leurs dents et surtout leurs gencives en riant (elles mettront pour cela la main devant la bouche). Elles doivent rentrer à la maison avant la nuit, sauf si elles sortent avec leur famille. Elles doivent être réservées et timides avec les hommes. Une poignée de main passe pour une proposition et la regarder de façon trop soutenue risque de la mettre enceinte ! Un religieux qui touche la main d'une femme, même involontairement, perd tous ses mérites acquis ...  Les animaux de la liberté Pendant les fêtes, il est possible de libérer de petits animaux (poissons, oiseaux) afin de nous faire pardonner nos fautes et accéder au bonheur. A noter que les animaux  obtiennent du même coup liberté et bonheur. Echange de bons services ...  Le gecko : un chanteur d'avenir Lorsque ce charmant petit animal crie, il faut faire un souhait. Si le nombre de cris est supérieur ou égal à 5 et est impair (5, 7, 9) le souhait se réalisera. On prononce alternativement à chaque cri du gecko : " kromom " (fille) et " mémay " (veuve)