Kelang et Boano Islands - Voyage en Indonésie : Irian Jaya et Moluques

La nuit précédente fut agitée... D'abord, en début de nuit, nous nous installons tous sur le pont supérieur, tellement agréable pour dormir, lorsqu'une légère brise nocturne vient rafraîchir l'atmosphère. Une petite ondée survenant, nous jugeons plus prudent de redescendre dans les cabines. Le retour d'un ciel plus clair, malgré " la lune qui boit " - mais peut-on donner foi à cet adage savoyard sous l'équateur - incite certains à remonter sur le pont supérieur... jusqu'à ce qu'une tempête vers 2h du matin, ne les contraigne à nouveau à réintégrer les cabines en catastrophe... Vers 7h du matin, nous parvenons près de l'île de Kelang, à l'ouest de Ceram, en face du village de Rahai, qui sera le point de départ de la randonnée de la matinée. Rahai est très différent des villages visités précédemment. Les maisons sont de simples paillotes dressées sur pilotis, construites sur la plage même. Un groupe électrogène fournit l'électricité, mais surtout permet le fonctionnement de l'entrepôt frigorifique appartenant à un chinois de Jakarta, d'où chaque mois, nous dit-on, part une centaine de tonnes de thons... Accompagnés par les jeunes enthousiastes du village, guides improvisés et pieds nus, nous montons sur une crête qui domine la baie avant de redescendre, par une pente très raide, jusqu'à une palmeraie qui nous permettra, à l'ombre, mais dans la boue, de revenir au village. Les pentes au-dessus de ce village ont été déboisées, puis plantées d'eucalyptus, d'où on extrait l'essence en faisant macérer les feuilles dans des alambics sommaires. A notre retour un orage violent nous permet de récupérer l'eau du ciel pour la lessive de nos tee-shirts, trempés par la marche sous le soleil équatorial. Une heure de navigation, pendant le repas de midi, nous conduit à Boana Island. Nous apercevons un gros village, qui porte le nom de l'île, mais continuons pour ancrer un peu plus loin, devant une plage de cocotiers, avec quelques paillottes et deux navires échoués, mais semble t-il aucun être vivant. A terre nous en croisons néanmoins quelques uns ; ils nous indiquent que tous les habitants sont partis à Boano où a lieu pendant deux jours une grande fête du calendrier musulman. Nous décidons alors de nous y rendre aussi. Notre arrivée crée l'évènement ! Nous sommes rapidement entourés d'une foule bruyante et colorée, qui nous conduit chez le " Raja ", l'autorité locale, en train de festoyer en compagnie d'une vingtaine d'autres " dignitaires ". Le repas terminé, il va revêtir sa tenue des grands jours pour que nous le photographiions... Ce village compte 3000 âmes, dont un bon tiers en âge scolaire ! Il existe bien un programme de limitation des naissances, nous explique le professeur d'anglais des trois écoles du village, mais il n'a pas encore donné de résultat ... La visite de ce village restera comme un grand moment du voyage, et ce n'est qu'à la nuit tombante que nous rejoignons le Caman. Rapace Rahai Habitant de Rahai Ramasseuse de bois Village fantôme sur l'île de Boano Habitants de Boano Village de Boano Raja de Boano Dernier coup d'oeil sur Boano